Esperer-isshoni.info

De la règle d’or comme constante anthropologique et sa déclinaison chez Confucius

dimanche 7 septembre 2014 par Phap

Cf. n°270 de la Revue d’éthique et de théologie morale de septembre 2012, à propos de l’ouvrage : La Règle d’or. Histoire d’une maxime morale universelle, tome 1 par Olivier du Roy, publié aux éditions du Cerf en 2012.


1§. L’auteur, Olivier du Roy, a effectué un travail de monographie remarquable sur la règle d’or, formulée ainsi : « traite les autres comme tu voudrais être traité ».

2§. Dans son premier tome, il fait l’histoire de la maxime jusqu’au XIXe siècle. Nous avons été particulièrement intéressés par la première partie qui montre sa présence dans des traditions religieuses et culturelles asiatiques. L’existence de la règle d’or dans un cadre mental aux antipodes de l’Occident semble indiquer qu’elle relève sans doute de ce que l’auteur appelle une « structure anthropologique quasi universelle » [1].

3§. A l’heure où l’humanité est tentée de penser les cultures sur le modèle géologique de la tectonique des plaques, chaque bloc culturel étant défini comme une plaque rigide incapable d’échanger avec ses voisins autrement que sur le mode de la collision frontale, il est bon d’entendre un auteur nous rappeler que l’humanité a en commun la règle d’or et qu’il est donc possible de vivre ensemble sur la Terre en se respectant mutuellement.

4§. Nous avons apprécié en particulier le passage sur la tradition chinoise de l’ « école des lettrés », plus connue sous le nom de « confucianisme » en Occident. L’auteur a bien vu le fil conducteur [2] qui traverse la pensée de Confucius :

- « Y a t il un mot qui puisse guider l’action toute une vie durant ? »
Le Maître :
« Mansuétude » (shù 恕 ), n’est ce pas le maître mot ? Ce que tu ne voudrais pas que l’on te fasse, ne l’inflige pas aux autres. » [3]

5§. [A propos de la traduction du mot shù, rappelons en passant celle du missionnaire jésuite Séraphin Couvreur (mort en 1919) : « N’est‑ce pas le précepte d’aimer tous les hommes comme soi-même ? ».
Sa traduction décalque la formulation évangélique du commandement d’amour en tirant ainsi le texte dans un sens chrétien. En cela, le père Couvreur suit, à trois siècles de distance, l’exemple de son illustre prédécesseur Matteo Ricci qui avait tenté d’accommoder les écrits confucéens selon la foi chrétienne.]

6§. La « mansuétude » confucéenne a cependant ses limites, dont Olivier du Roy ne parle pas. Confucius n’éprouve aucune mansuétude pour ceux qui contrefont les hommes vertueux, les « beaux parleurs » 佞 nìng  : de belles paroles sortent de leur bouche mais non de leur cœur, ils prétendent à l’excellence sans l’avoir atteinte, ils trouvent des raisons pour justifier leurs fautes. Ce faisant, ils risquent d’abuser les princes. Promus à des postes de responsabilité, ces hommes provoquent confusion et désordre dans l’Empire.

7§. Envers ceux-là, Confucius éprouve de la haine 惡  :

« Je déteste 惡 la pourpre qui usurpe la place du rouge.
Je n’aime pas 惡 les airs populaires de Zhen qui se mêle à la grande musique.
J’ai horreur 惡 des méchantes langues qui subvertissent pays et familles » dit le Maître. [4]

La règle d’or dans le confucianisme ne s’applique donc pas de manière indiscriminée, elle demande un discernement qu’il faut apprendre.

8§. Cette précision n’invalide pas l’intérêt et la pertinence de l’ouvrage d’Olivier du Roy, qui porte essentiellement sur la règle d’or dans la tradition occidentale. L’auteur se devait d’aborder ces rivages non occidentaux pour pouvoir attester de l’universalité de la règle d’or à travers les cultures, aussi différentes soient-elles. Qu’il en soit remercié.


© esperer-isshoni.fr, septembre 2012
© esperer-isshoni.info, septembre 2014

[1Cf. p.35. de l’ouvrage

[2en chinois, 貫 guàn, le fil qui permet d’enfiler les pièces de monnaie chinoises trouées en leur centre

[3p. 25, citation 15,23 des Entretiens de Confucius, dans la traduction d’Anne Cheng. Voir aussi 4,15 dans les Entretiens

[417,17 des Entretiens de Confucius dans la traduction d’André Lévy. Voir aussi 4,3 ; 11,24 ; 17,23.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 229 / 88144

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Quand l’Asie sinisée parle l’homme  Suivre la vie du site Le confucianisme   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.0 + AHUNTSIC

Creative Commons License