Esperer-isshoni.info

prédication - Preaching - Le Royaume de Dieu est proche - The Kingdom of God is coming near

samedi 25 octobre 2014 par Phap

Voir Évangile de Luc 13, 1-9 - See Gospel by Luke 13:1-9


Aujourd’hui (25/10/2014) encore, Jésus nous parle de sa vision eschatologique. Jésus lève les yeux et il voit arriver la fin des temps, l’eschaton en grec. Once more today (2014/10/25) Jésus is speaking about his eschatological vision : he raises his eyes and he sees the end of the world, the eschaton in Greek.
Vous allez me dire qu’il en est obsédé mais après tout, est-ce que l’eschaton ne constitue pas le noyau dur de sa prédication ? Ses premiers mots au début de sa carrière publique en Galilée ne sont-ils pas : « Le Royaume de Dieu s’est approché, convertissez et croyez à la bonne nouvelle » [1] ? You may say he is obsessed by this vision but doesn’t it constitute the kernel of his preaching ? When he began to preach, what was his first word ? “The Kingdom of God is coming near, convert and believe the good news”.
Plus je fréquente Jésus et plus je trouve qu’il agit et parle avec en permanence à l’horizon l’eschaton. Il y a quelque chose qui vient, une réalité en train de recouvrir le monde, et Jésus l’appelle « le Royaume de Dieu ». The more acquainted I get to Jesus, the more I find his words and deeds are done under the horizon of the eschaton. Something is coming, a reality which is in the process of covering the world, and Jesus gives it a name : “The Kingdom of God”.
Quelle est cette réalité ? Est-elle à craindre ? Est-elle à désirer ? Comment voyez-vous cela ? What kind of reality is it ? Is it to be dreaded or else to be yearned for ? By the way, “Or else” ?
Craindre la venue du Royaume. Un exemple. Nous sommes au Japon dans un village de pêche en été. Les nouvelles de la météo nous disent l’avancée du typhon (en japonais taifû 台風) n°7. Nous nous préparons à évacuer la maison sous un ciel gris-noir traversé par un vent menaçant, tandis que la mer s’agite dangereusement. Dreading the coming of the Kingdom. For instance we are in a fishing village in Japan during the summer. The news of the weather are warning us about the progress of the #7 typhoon (in Japanese taifû 台風) . We prepare to evacuate the house under a dark grey sky while the wind is howling on a threatening rough sea.
Est-ce que c’est cela, l’eschaton ? Alors oui, nous avons de bonnes raisons de redouter la venue du Royaume de Dieu. Et on ne voit pas bien en quoi il s’agit d’une bonne nouvelle. C’est plutôt une nouvelle sinistre. Is the eschaton like that ? Then of course we have good reasons to fear the coming of the Kingdom of God. And we don’t see why is should be called a good news ? It is rather a sinister news, isn’t it ?
Désirer la venue du Royaume. Nous sommes dans un village de montagne, toujours au Japon mais cette fois au printemps. Les nouvelles de la météo nous disent l’avancée du front des fleurs de cerisier : au fur et à mesure que la chaleur printanière progresse du sud vers le nord, les cerisiers fleurissent le long de cette ligne de front. C’est demain pour notre région, il faut aller voir cela ensemble (hana mi 花見) : alors nous préparons le vin de riz et les sushi pour aller pique-niquer avec les amis sous les arbres en célébrant communautairement la douceur, fragile et forte à la fois, de la vie. Yearning for the coming of the Kingdom. We are again in Japan during the spring, this time in a mountain village. The news of the weather inform us about the progress of the front of the cherry blossom : the spring heat is going from South to North and cherry trees are blossoming along this front line. Today is the day for our region. Let us go and see it together (hana mi 花見) : let us prepare the rice wine and the sushi so that we can go and picnic with our friends under the trees and celebrate together the sweetness of life, so frail and so strong in the same time.
Est-ce que c’est cela, l’eschaton ? Alors là oui, il s’agit d’une bonne nouvelle et nous sommes heureux de nous préparer à l’accueillir ensemble en habillant notre cœur de couleurs joyeuses. Is the eschaton like that ? Then yes, it is a thing to be longed after and we are happy to get ready to welcome it by dressing our hearts in joyful colours.
Finalement, l’eschaton, c’est quoi pour vous : quelque chose comme la vague d’eau noire qui apporte la mort ou quelque chose comme la vague de fleurs qui apporte le festival ? Promesse de vie ou promesse de mort ? In the end, what does the eschaton stand for you ? The dark wave bringing death or the flower wave bringing the festival ?
Peut-être avons-nous à découvrir que les deux attitudes ne s’excluent pas : peut-être que le Royaume est quelque chose à redouter et à désirer en même temps. Perhaps we have to discover that the two attitudes go together : perhaps the Kingdom is something to be feared and yearned for in the same time.
Comme un adolescent qui désire et redoute à la fois de devenir adulte. Just like a teenager who fears and wants to become a grown-up in the same time.
Un peu comme l’amour. On désire aimer et en même temps on a en peur. On désire être aimé et en même temps on en a peur. Maybe just like love. We desire to love and in the same time we fear it. We desire to be loved and in the same time we fear it.
Peut-être que la conversion, ce serait cela. Assumer cette tension en soi entre le désir et la crainte d’un amour qui nous submergerait tout entier, qui nous ferait mourir à nous-mêmes pour renaître réconciliés avec les autres et avec l’Autre que nous appelons Dieu parce qu’il faut bien dire quelque chose. Maybe conversion is something like this. Enduring the tension within oneself between the desire and the fear of a love that would submerge us entirely, that would make us die to ourselves to be reborn reconciled with one another and with the Other we call God because we have to say something.
Alors on aurait peur de se perdre dans l’amour et en même temps on en aurait envie. Then we would fear to be lost in love and in the same time we would desire it
Et la conversion, ce serait de se creuser un cœur confiant, de s’habituer à mettre sa confiance en un visionnaire (au sens positif du terme) qui voit venir le Royaume – et plus que cela, un catalyseur, celui qui fait advenir le Royaume. Conversion would mean digging in oneself a trustful heart, it would mean getting used to entrust oneself to a visionary who sees the Kingdom coming – more that that, a catalyst who makes the Kingdom come real.
On entrerait dans sa vision, on entrerait dans l’eschaton en lui donnant la main. Et la peur se convertirait en désir à partir d’un certain tournant du chemin, simplement. We would walk inside his vision, we would enter the eschaton while holding his hand. And then fear would quietly convert into desire at a certain turning point.
Et ce serait bien. And it would be good.
Ce ne serait pas la mort. Ce serait le déploiement de la vraie vie, non pas une autre vie mais une vie autre : notre vie présente, reprise et transfigurée dans une réalité qui la dépasse. Non pas la même vie mais la vie elle-même. It wouldn’t be death. It would be the blooming of the true life, not a different life but a life different : our present life, summed up and transfigured in a reality which exceeds it. Not the same life but life itself.
A nous de venir et voir. Let us come and see.

[1Au temps de Jésus, le mot « évangile » était sans doute une expression familière comme dans la phrase : « quelle bonne nouvelle m’apportez-vous aujourd’hui ? ». Si on traduit : « quel évangile m’apportez vous aujourd’hui ? », on perd cette familiarité – d’autant plus si l’on met une majuscule : « quel Évangile m’apportez vous aujourd’hui ? ».


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 101 / 82599

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Quand le chrétien parle l’homme  Suivre la vie du site Prédication - Preaching   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.0 + AHUNTSIC

Creative Commons License