Esperer-isshoni.info

Quand un responsable bouddhiste japonais parle de l’avenir de son institution

samedi 8 novembre 2014 par Phap

Table des matières

Introduction
1. Le message du Monshû
2. L’analyse du message

Conclusion


Cet article contient le message du 24e Monshû  [1] Ôtani Kôshin 大谷 光真, le révérend Shaku Sokunyo 釋即如 né en 1945.
Ôtani Kôshin Monshû dirige la branche Hongwanjiha 本願寺派 du Jôdo Shinshû 浄土真宗.
Le message date du 9 janvier 2005 de l’ère chrétienne, de la 17e année de l’ère Heisei.


Introduction

Pourquoi reprendre un document interne adressé par un chef spirituel bouddhiste aux fidèles de son école ?

  1. Il s’agit d’abord d’entendre ce que peut dire un chef spirituel important au Japon [2] quand il annonce que son institution doit changer pour prendre en compte les temps actuels – l’intérêt est alors plutôt d’ordre sociologique ;
  2. il s’agit aussi d’entendre comment il récapitule l’essentiel de la vie et de la doctrine du fondateur Shinran Shônin – et l’intérêt ressort de l’histoire des idées et des religions.
  3. De manière secondaire, cet article peut aider les étudiants en japonais, en développant leur vocabulaire et en les faisant entrer dans une tradition religieuse qui a marqué la culture japonaise, à l’instar du Zen, ce dernier étant plus connu en Occident que le Jôdo Shû et le Jôdo Shinshû (respectivement "Terre Pure" et "Véritable Enseignement de la Terre Pure").

Le but n’est donc pas confessionnel, il ne s’agit pas de contribuer à la diffusion de la conviction croyante telle qu’elle s’exprime dans le Jôdo Shinshû : il s’agit de développer une analyse sociologique et historique dans un premier temps.

Cette analyse pourra servir ultérieurement, dans le cadre d’un rapprochement avec la situation du christianisme en Occident, et en particulier avec la situation de l’Église catholique française : dans les deux cas, en France comme au Japon, des institutions religieuses porteuses de traditions religieuses multi-séculaires sont confrontées à un monde qui semble déterminé à avancer – vers où ? - , avec elles ou sans elles.
Pour le dire en images, le train (moderne, post-moderne, post-post-moderne, etc..) part et il s’agit de savoir si l’on monte dedans ou non, en sachant que le train ne nous attend pas.

[Prévenons d’emblée notre lecteur (lectrice) des limites de notre article :

  1. nous serons aussi brefs et succincts que le message analysé, nous indiquerons seulement de grandes lignes, des têtes de chapitre ;
  2. nous avons sélectionné le message du 9 janvier 2005 en ignorant par ailleurs l’histoire précise de ce texte, le contexte institutionnel et la réception lors de sa parution ;
  3. notre ignorance des jeux de langage japonais (au sens de Ludwig Wittgenstein) nous a empêché de développer des associations conceptuelles propres à la langue et à la culture japonaises ;
  4. par ailleurs, nous ferons suivre les noms des dignitaires du titre de 聖人 Shônin en japonais, en ignorant s’il est adéquat et/ou suffisant : par delà d’éventuelles maladresses involontaires, nous voulons exprimer notre respect pour les dignitaires des traditions religieuses du Jôdo Shû et du Jôdo Shinshû.]

En voiture. Mais d’abord, lisons le document avant de passer à son analyse.


Message en français, anglais et japonais

Les versions japonaises et anglaise proviennent du site officiel du Hongwangji ; la traduction française est de notre fait [3] ; les numéros de paragraphe sont de notre fait.
Nota bene : Le Hongwanji a posté ses textes sur Internet avec une clause de droits.

Message du Monshu

 [4]

Message from the Monshu

門主のことば

1. Message à l’occasion de la 750e commémoration en l’honneur de Shinran Shônin MESSAGE ON THE SEVEN HUNDRED FIFTIETH MEMORIAL FOR SHINRAN SHONIN 1. 親鸞聖人750回大遠忌についての消息
2. Le 16 janvier 2012 marquera le 750e anniversaire de la mort de notre Fondateur, Shinran Shônin. Afin de commémorer cet évènement, le Hongwanji < le Temple du Vœu Primordial> de Kyôto mènera la cérémonie commémorative en l’honneur de Shinran Shônin à partir d’avril 2011 au Goeidô (le bâtiment du fondateur), dont les travaux de restauration auront été terminés d’ici là. January 16, 2012 will mark the seven hundred fiftieth anniversary of the passing of our Founder, Shinran Shonin. To commemorate this occasion, the Hongwanji in Kyoto will be conducting the Seven hundred fiftieth Memorial for Shinran Shonin from April 2011 at the Goeido (Founder’s Hall), the restoration work of which will be completed by then. 2. 平成24年1月16日は、宗祖親鸞聖人の750回忌にあたります。本願寺では、ご修復を終えた御影堂において、親鸞聖人750回大遠忌法要を平成 23年4月よりお勤めすることになりました。
3. A cette occasion, je nourris l’espoir que nous pourrons réussir à transmettre le plus largement possible l’enseignement du Jôdo Shinshû [5], comme un phare qui peut nous guider dans un monde contemporain troublé et confus. Nous y arriverons en réfléchissant à ce que Shinran Shônin a dû enduré et aussi à ce qu’il a réalisé, en louant sa force tout en renouvelant notre détermination et en recevant sincèrement l’enseignement du Jôdo Shinshû. During this opportunity, through reflecting on Shinran Shonin’s hardships and achievements, praising his virtue while renewing our resolve, and sincerely receiving the Jodo Shinshu teaching, it is my hope that we will endeavor to widely transmit it as a beacon that guides us all in the contemporary world of confusion and turmoil. 3. このご勝縁に、聖人のご苦労をしのび、お徳を讃えるとともに、浄土真宗のみ教えを深く受けとめ、混迷の時代を 導く灯火として、広く伝わるよう努めたいと思います。
4. Shinran Shônin est né en 1173, il a reçu l’ordination à l’âge de neuf ans, et il s’est consacré à l’étude et à la pratique de la Voie du Buddha sur le Mont Hiei. Shinran Shonin was born in 1173, received ordination at the age of nine, and dedicated himself to his studies and practices of the Buddhist Way on Mount Hiei. 4. 親鸞聖人は承安3年に御誕生になり、9歳で出家得度され、比叡山で学問と修行に励まれました。
5. Cependant, à l’âge de 29 ans, comme il ne trouvait pas le chemin qui le sortirait de l’illusion, il eut la vision du Prince Shotoku qui l’amena à rencontrer Hônen Shônin ; il en vint à s’en remettre au Vœu Primordial en toute confiance et devint un pratiquant du nembutsu. However, since he could not find a path that would lead him away from delusion, at the age of twenty-nine, through his experience of seeing Prince Shotoku in a vision, he then encountered Honen Shonin, came to entrust in the Primal Vow, and became a nembutsu practicer. 5. しかし、迷いを離れる道を見いだすことができず、29 歳の時、聖徳太子の示現を得て、源空聖人に遇われ、本願を信じ、念仏する身となられました。
6. A 35 ans, il fut exilé à Echigo (actuellement la préfecture de Niigata) en 1207, à la suite de la persécution du Nembutsu. At the age of thirty‐five, due to persecution of the nembutsu teaching in 1207, he was exiled to Echigo (present‐day Niigata Prefecture). 6. 35歳の時、承元の法難により、越後にご流罪となられますが,
7. Plus tard, il se déplaça avec sa famille dans le Kantô. Là, au milieu des gens de la région, il suivait le chemin qui consiste à « accepter l’Enseignement pour soi-même et à le partager avec les autres ». He later moved with his family to Kanto (the area north of present‐day Tokyo), and while living amongst the local people, he followed the path of “accepting the Teaching for oneself and sharing it with others.” 7. 後にはご家族を伴って関東に移り、人びとと生活をともにし、自信教人信の道を歩まれました。
8. Pendant ses dernières années à Kyôto, il s’est consacré à l’achèvement de son œuvre majeure, le Kyôgyôshinshô, tout en produisant un grand nombre d’autres écrits, tels les trois collections de wasan. Il quitta cette vie à l’âge de 90 ans, et revint à la Terre Pure [6]. During his latter years in Kyoto, he devoted himself to completing his major work, Kyogyoshinsho, and writing many other works such as the three collections of wasan before passing away from this life at the age of ninety and returning to the Pure Land. 8. 晩年は京都で、ご本典の完成に努められるとともに、三帖和讃な ど多くの著述にお力を注がれ、90歳を一期として往生の素懐を遂げられました。
9. Selon ce qu’a enseigné Shinran Shôni dans le Jôdo Shinshû, According to the Jodo Shinshu teaching established by Shinran Shonin, 親鸞聖人によって開かれた浄土真宗は、
tout le monde peut naître dans la Terre Pure, où l’on atteint immédiatement la bouddhéité, grâce à l’efficace du Vœu Primordial du Tathagata Amida through the working of Amida Tathagata’s Primal Vow, all people can be born in the Pure Land where they immediately attain Buddhahood, 9. あらゆる人びとが、阿弥陀如来の本願力によって、往生成仏し、
10. et ensuite revenir dans ce monde pour travailler à guider vers le Nembutsu tous ceux qui sont encore à errer dans l’illusion. then return to this world where they endeavor to guide to the Nembutsu others who are still wandering in delusion. 10. この世に還って迷えるものを救うためにはたらく という教えです。
11. Notre naissance dans la Terre Pure est établie définitivement au moment où nous entendons le Nom, Namo Amida Butsu, et où nous nous en remettons à lui en toute confiance. Our birth in the Pure Land is decisively settled the moment we hear and entrust ourselves to the Name, Namo Amida Butsu. 11. 南無阿弥陀仏の名号を聞信するところに往生が定まり、報恩感謝の思いから、
12. Alors, en ayant conscience de notre dette et remplis de reconnaissance, nous louerons les vertues du Tathagata dans notre vie quotidienne en intonant le Nembutsu Then, with the awareness of our indebtedness and gratitude, we lead our daily lives praising the virtues of the Tathagata by intoning the Nembutsu. 12. 如来のお徳を讃える称名念仏の日々を過ごさせていただくので す。
13. Comme le montre le principe de la Production Conditionnée, toutes les existences, qu’elles soient ou non animées, sont en interconnection et en interdépendance étroites. Just as the Buddhist principle of dependent origination shows, all existence, whether animate or inanimate, are closely interconnected and interdependent. 13. 仏教の説く縁起の道理が示すように、地球上のあらゆる生物非生物は密接に繋がりを持っています。
14. D’un autre côté, une pensée centrée uniquement sur l’homme est devenue pratiquement omniprésente, tandis qu’une portion de l’humanité poursuit son intérêt en dépassant toute mesure, produisant ainsi une inégalité qui est ressentie à l’échelle de la planète. On the other hand, human-centered thinking has become quite prevalent today and the pursuit of profit by one segment of the world’s population has expanded to extreme proportions, producing inequality that is felt on a global level 14. ところが今日では、人間中心の考えがいよいよ強ま り、一部の人びとの利益追求が極端なまでに拡大され、世界的な格差を生じ、
Ce faisant, elle met en danger la continuation de la vie non seulement de l’humanité, mais aussi de différentes formes de vie. and jeopardizing the continued existence of not only humanity, but also of various forms of life 人類のみならず、さまざまな生物の存続が危うくなっています。
Qui plus est, ce qui constitue la fondation même de la vie de chaque personne semble devenir précaire, du fait des changements abrupts de notre société. . Furthermore, in our abruptly changing society, the very foundation of each individual’s life seems to be unstable. さらに、急激な社 会の変化で、一人ひとりのいのちの根本が揺らいでいるように思われます。
15. Je suis troublé par le flot du monde autour de nous, et je me demande si nous ne sommes pas en train d’oublier que nous-mêmes, nous menons une vie trompeuse. Being confused by the flow of the world around us, I wonder if we are not forgetting the fact that we ourselves are leading a life of delusion. 15. 私たちは世の流れに惑わされ、自ら迷いの人生を送っていることを忘れがちではない でしょうか。
16. Vivre du Nembutsu, c’est marcher sur le chemin qui mène à la naissance dans la Terre Pure, en étant illuminé et embrassé par la sagesse et la compassion du Tathagata Amida, et aussi en respectueux et solidaire des autres. The life of the Nembutsu is walking the path that leads to birth in the Pure Land, illuminated and embraced by Amida Tathagata’s wisdom and compassion, while maintaining respect and support for others. 16. お念仏の人生とは、阿弥陀如来の智慧と慈悲とに照らされ包まれ、いのちあるものが敬い合い支え合って、往生浄土の道を歩むことであります。
17. Si nous arrivons à comprendre grâce à la sagesse du Tathagata que l’origine de nos conflits provient de l’égocentrisme des êtres humains, nous pourrons contribuer, je l’espère, à construire un monde sans conflits, où nous pourrons développer au mieux nos vies dans la joie et la satisfaction. By realizing, through the Tathagata’s wisdom, that the source of conflict lies in the self-centeredness of human beings, it is my hope that we will be able to contribute to the building of a world that is free of conflict, where we all can live life to the utmost with joy and contentment. 17. 如 来の智慧によって、争いの原因が人間の自己中心性にあることに気付かされ、心豊かに生きることのできる世の中、平和な世界を築くために貢献したいと思いま す。
18. Même pendant des périodes difficiles, nos prédecesseurs ont honoré et admire Shinran Shônin ; ils ont écouté avec assiduité le Dharma (la Loi) et ils se sont entraidés mutuellement tout en étant animés par la dévotion evers le temple principal et en étant déterminés à protéger l’enseignement du Jôdo Shinshû. Our predecessors, even during harsh eras, revered and admired Shinran Shonin, diligently listened to the Dharma, and mutually assisted each other together with the feeling of devotion to the head temple and a determination to protect the Jodo Shinshu teaching. We must accept and maintain this wonderful tradition. 18. 私たちの先人は、厳しい時代にも、宗祖を敬慕し、聴聞に励まれ、愛山護法の思いとともに、助け合ってこられました。この良き伝統を受け継がなければ なりません。
19. Cependant, la situation actuelle de l’Hongwangji montre qu’un fossé ne cesse de se creuser entre notre vie de tous les jours et notre façon de dispenser l’enseignement et de pratiquer les rituels, alors que les membres laïques rencontrent des difficultés pour participer aux activités des temples. However, the present situation of the Hongwanji organization points out that there is an ever‐widening gap between our everyday life and the way we propagate the teaching and perform rituals, and it is difficult for lay members to participate in temple activities. 19. しかしながら、今日、宗門を概観しますと、布教や儀礼と生活との間に隔たりが大きくなり、寺院の活動には門信徒が参加しにくく、
20. De plus, faire face au déplacement rapide des populations vers les villes ainsi qu’à l’arrivée de la nouvelle génération, tout cela pose des difficultés. Furthermore, there is difficulty in coping with the rapid relocation of the population to the urban areas and the succession of the new generation 20. また急激な人 口の移動や世代の交替にも対応が困難になっています。
21. Nous profitons de la commémoration de Shinran Shônin pour formuler des plans à long terme qui viseront à transmettre largement l’enseignement Jôdo Shinshû. With this occasion of Shinran Shonin’s memorial as a great opportunity, the Hongwanji is formulating various long‐term plans which deal with widely transmitting the Jodo Shinshu teaching. 21. 宗門では、このたびのご法要を機縁として、長期にわたる諸計画が立てられ、広く浄土真宗が伝わるよう取り組むことになっています。
22. En reprenant et en continuant l’esprit du Monshintokai Undo (Mouvement de la branche laïque), qui avait été lancé lors de la 700e commémoration, et aussi du Dobo Undo (Mouvement des amis pratiquants) qui est important, nous pourrons construire une institution religieuses qui sera capable de s’adapter à la société moderne actuelle. By taking up and continuing the spirit of the Monshintokai Undo (Lay Members’ Movement), which was initiated on the occasion of the seven hundredth memorial, and the important Dobo Undo (Fellow Practicer Movement), we can build a religious institution that is capable of accommodating modern society.. 22. 700回大遠忌に 際して始められた門信徒会運動、重要な課題である同朋運動の精神を受け継ぎ、現代社会に応える宗門を築きたいと思います。
23. Pour réaliser cela, il nous faut cultiver un esprit d’ouverture afin de comprendre et de partager les angoisses et les sentiments des autres, il nous faut créer une organisation où nous pouvons nous soutenir mutuellement et transmettre l’enseignement du Jôdo Shinshû. In order to accomplish this, we should cultivate a broad‐mind to understand and share the anxieties and feelings of others, create an organization in which we support each other, and transmit the Jodo Shinshu teaching. 23. そのためには、人びとの悩みや思 いを受けとめ共有する広い心を養い、互いに支え合う組織を育て、み教えを伝えなければなりません。
De même, nous devons réorganiser la structure de notre institution afin qu’elle puisse rencontrer les besoins du temps. Likewise, we need to reorganize our institution’s framework so that it meets the needs of the times あわせて、時代に即応した組織機構の改革も必要でありま す。
24. De plus, anticipant sur les services de commémoration en l’honneur de Shinran Shônin qui seront menés dans différents temples et dans différents endroits, j’espére que les activités du temple et des dirigeants laïques seront bien adaptés à leur région et que des interactions avec la société locale fleuriront. Furthermore, in anticipation of the services for Shinran Shonin’s memorial, which will be conducted at various temples and locations, I hope the activities by the temple and lay leaders will be well suited to their areas and interaction with the local society will flourish. 24. それとともに、各寺各地で勤められる大遠忌法要を契機に、その地に適した寺院活動や門信徒の活動を、地域社会との交流を、
25. J’attends tout particulièrement que des activités, qui soient intelligentes et bien préparées, soient mises en avant dans des endroits où il n’y a pas actuellement d’activités de notre part. I especially hope that well‐planned, ingenious activities will be promoted in areas where temple activities are not currently being carried out. 25. そして、寺院活動の及ばない地域では、一層創意工夫をこらした活動を進めてくださるよう念願しております。
26. A l’occasion du lancement récent des activités générales de notre institution, j’attends de tout cœur le soutien, la coopération et la participation positifs de chacun. On the occasion of the fresh start of our institution’s general activities, I heartily look forward to everyone’s positive support, cooperation, and participation. 26. 宗門の総合的な活動の新たな始まりとして、皆様の積極的なご協賛ご協力ご参加を心より期待いたします。
Le 9 janvier 2005 Sokunyo Shaku Koshin Ôtani Monshu du Hongwanji January 9, 2005 SHAKU SOKUNYO OHTANI Koshin Monshu of the Hongwanji 平成17年 2005年 1月9日 龍谷門主 釋即如


Notre analyse


2.1. Analyse sociologique.

Si nous comprenons bien Sokunyo Shōnin (« Shônin » fonctionne comme un titre honorifique), l’institution du Hongwanji doit changer [7] afin de s’adapter à un monde qui change à une vitesse stupéfiante : Sokunyô Shônin se dit confondu par les changements rapides et brutaux, qui, pour lui, comportent un volet négatif [8] : la recherche du profit à tout prix creuse les disparités entre le nombre réduit de nations riches et les autres, en même temps qu’elle menace la vie de la planète et qu’elle déstabilise le sens de la vie pour chacun(e).

Ces changements induisent un déphasage entre ce que propose le « temple » (enseignements, rituels, modes de transmission) et la vie quotidienne : les laïques n’arrivent plus à suivre les rituels du Temple, par exemple.
Cet éloignement est d’autant plus dangereux que la population se déplace vers les villes (allusion au réseau "paroissial" déstabilisé par le mouvement des campagnes vers les villes ? ou par la mobilité des populations à l’intérieur même des villes ?) et que l’institution doit gérer les sauts de génération (allusion à la structure d’âge de la société japonaise ? à une crise de culture entre les générations ?).

Face à cet éloignement des « laïcs », le soutien et la promotion de deux mouvements laïques [9] semble une des priorités de Sokunyô Shônin
Mais Sokunyô Shônin compte manifestement d’abord sur le rappel du passé fondateur, à savoir la vie et la doctrine de Shinran Shônin, en particulier à l’occasion de la 750e commémoration de Shinran Shônin.
C’est ce que nous allons voir.


2.2. Analyse doctrinale

Sokunyô Shônin rappelle la vie de Shinran Shônin, sa quête infructueuse de la libération de l’illusion au Mont Hiei, sa vision du Prince Shôtoku (le Prince qui a rendu officiel au Japon le bouddhisme) qui l’amène auprès de Hônen Shônin, fondateur du Jôdo, et à sa pratique du Nembutsu exclusive ("exclusive ", sous-entendu des autres pratiques qui ne mènent nulle part, comme l’a éprouvé par ailleurs Shinran Shônin) [10].
Précisons que le Nembutsu s’entend ici comme une invocation du Buddha Amida [11] et non comme une pratique méditative.

Plus loin [12], Sokunyô Shônin rappellera - indirectement - qu’il s’agit certes de pratiquer le Nembutsu comme le disait Hônen, mais en sachant – à la différence de Hônen - que Nembutsu ne produit rien, mais qu’au contraire, il est le produit de la gratitude et du sentiment de dette [13] envers le Tathagata Amida.

Soyons plus précis : la gratitude et le sentiment de dette se portent non pas sur la personne d’Amida, mais sur ses vertus, son efficacité [14] – nous voyons dans cette précision une antidote à l’illusion – selon le bouddhisme - qui ferait d’Amida une individualité, un « Je », supra-mondain, à qui il faudrait s’adresser et qui diffèrerait des autres individus : le bouddhisme, rappelons-le, maintient fortement la doctrine de l’anatman, du « sans Soi », du « non Soi ».
Ce qui est effectivement loué, c’est la puissance salvatrice du Vœu Primordial  : rappelons que ce vœu a été émis par Dharmakara, celui qui allait devenir le Buddha Amida ; comme tout vœu de bodhisattva, ce vœu conjoint les deux ailes du bodhisattva, la compassion et la sagesse [15], qui peuvent être considérées comme les « vertus », comme l’efficacité [16].

  • Noter au §5, dans le même sens, que Shinran s’en remet non pas au Bouddha Amida, mais au Vœu primordial, 本願 Hongan en japonais.
  • Même chose au §9 : ce n’est pas le Tathagata Amida qui produit l’accès à la bouddhéité, mais l’efficacité, le travail du Vœu Primordial.

Comme quoi, il s’agit d’être suffisamment précis : nous nous y essayons, et nous comptons sur nos lecteurs (lectrices) dans cette entreprise.

Autre point de doctrine : Sokunyo Shônin rappelle [17] que ce salut s’adresse à tous sans clause exclusive (donc même à ceux qui ont commis les cinq offenses majeures) ;
il rappelle surtout que le moment de la mort est suivi immédiatement de l’Éveil, le passage dans la Terre Pure produisant instantanément son fruit, ce que ne dirait pas Hônen Shônin.

Sokunyo Shônin reprend une caractéristique propre à l’enseignement de Shinran Shônin, : l’état de non-régression (où l’on ne peut plus retomber en arrière, dans les existences du triple monde) qui caractérise la naissance dans la Terre Pure d’Amida, est atteint, selon Shinran, dès le premier moment de la pensée de foi / confiance, dès la remise de soi en toute confiance au Tathagata Amida – ou plutôt au Vœu, ou au Nom « Namo Amida Butsu » [18] : le premier moment de la foi fait que l’être humain est saisi [19] - pour ne plus être lâché, ajouterions-nous en pensant au 攝取不捨 sesshu fusha, "être saisi(e) pour ne plus être lâché".

Après ces rappels doctrinaux essentiels, revenons à la vie de Shinran Shônin. Sokunyô Shônin mentionne les difficultés rencontrées par Shinran Shônin à la suite de Hônen, son exil à Echigo et l’implantation dans le Kantô [20].
Sokunyo Shônin mentionne indirectement [21] que Shinran Shônin a fondé une famille, passant par delà l’exigence de célibat des moines ; j’apprécie personnellement l’histoire sur l’apparition de Kannon à Shinran à ce propos.

Sokunyo Shônin mentionne enfin le retour de Shinran Shônin à Kyôto et la rédaction de ses œuvres : Sokunyo Shônin cite le magnum opus de Shinran Shônin, le Kyôgyôshinshû et les hymnes Wasan  [22].


2.3. Se souvenir du passé pour le présent

Pourquoi Sokunyo Shônin rappelle-t-il la vie et la doctrine de Shinran Shônin ? C’est que, selon lui, l’enseignement du fondateur répond à la confusion qui règne dans l’époque actuelle : si nous comprenons bien Sokunyô Shônin, l’enseignement, la doctrine du Jôdo Shinshû, constitue un « phare », une balise, un repère [23] qui peut guider les êtres égarés. Et que révèle ce phare d’après Sokunyô Shônin ? Il révèle ce qu’est véritalement ce monde, une illusion sans consistance [24].
Et sur quoi repose cette illusion ? Sur l’autocentrage [25], autocentrage de l’individu sur lui-même (égoïsme), autocentrage des nations sur elles-mêmes (avec comme conséquence l’inégalité croissante entre elles), autocentrage de l’espèce humaine sur elle-même (avec comme conséquence la disparition d’autres espèces).
Cet autocentrage à plusieurs niveaux engendre les conflits et met en péril l’ensemble de la planète.

Par opposition à cet autocentrage qui isole et qui sépare, Sokunyo Shônin promeut une vision du monde en interdépendance, qui demande par conséquent le respect et l’assistance mutuelle, d’abord entre les membres du Jôdo Shinshû, et ensuite entre eux et le monde qui a besoin de leur contribution.
Voilà pourquoi, d’après notre analyse qui est faillible, Sokunyo Shônin rappelle le passé fondateur en face de la vision du monde actuel qu’il propose.

Si Sokunyo Shônin rappelle la vie et le message du fondateur, Shinran Shônin, c’est aussi pour renforcer la cohésion de l’institution du Hongwanjiha.
Certes, dit Sokunyo Shônin, les épreuves sont nombreuses à notre époque, mais ne l’étaient-elles pas au temps de Shinran Shônin ? Et aux temps de nos ancêtres ? Comme eux, les adeptes doivent pratiquer la solidarité mutuelle et s’attacher aux pratiques et aux enseignements du fondateur [26].

S’il s’agit pour Sokunyo Shônin de renforcer la cohésion interne de son institution, son message à usage ad intra montre qu’il est soucieux de l’ouverture de l’institution et de ses membres au monde actuel, ouverture ad extra qui seule permettra d’atteindre le but proposé par Sokunyo Shônin : transmettre le plus largement possible l’enseignement du Jôdo Shinshû [27].

De fait, l’idée n’est pas d’atteindre le salut seul(e), soit individuellement soit communautairement : une fois la bouddhéité atteinte, rappelle Sokunyô Shônin [28], il s’agit de revenir pour délivrer les êtres soumis à la maya  [29], à l’illusion, en conformité avec ce qui caractèrise le vœu de tout Bodhisattva – Shinran Shônin ne disait-il pas déjà que celui qui cherche à atteindre la Terre Pure dans un but égoïste, afin d’y être comblé de félicités et d’échapper à ses souffrances, celui-là ne l’atteindra pas ? [30]


Conclusion

Nous venons d’entendre un haut dignitaire bouddhiste japonais demander à son institution de se transformer.
Le Jôdo Shinshû a déjà dû se transformer radicalement au XIXe siècle, pendant l’ère Meiji, alors que le bouddhisme japonais dans son ensemble était menacé par la nouvelle politique de « modernisation » du Japon. Il a su le faire, en particulier, en s’adaptant aux exigences de « scientificité » d’ordre historique de l’ethos moderne : saura-t-il répondre à la nouvelle crise engendrée par la post-modernité ? L’avenir nous le dira.
En tout cas, la lecture puis l’analyse du message du Monshû du Hongwanjiha nous ont montré que la question était posée en interne.

Je vous remercie de votre attention.


© avril 2009 (traduction en français et analyse) - esperer-isshoni.fr
© novembre 2014 (traduction en français et analyse) - esperer-isshoni.info

[1門主, littéralement le « Maître / Gardien de la Porte »

[2il participe d’un courant qui compte plus de 10 millions d’adhérents et qui remonte au XIIIe siècle

[3Nous avons traduit la version anglaise

[4notre traduction à partir de l’anglais

[5"le Veritable Enseignement de la Terre Pure"

[6par rapport à l’original japonais, j’aurais plutôt traduit par « il naquit dans la Terre Pure »

[7§23

[8§14-15

[9§22

[10§ 4-5

[11称名 shômyô en japonais – voir §12

[12§12

[13notion importante au Japon, le 恩 on. Voir BENEDICT, Ruth, Le Chrysanthème et le sabre, © 1946, by Ruth Benedict, essai traduit de l’américain par Lise Mécréant, Picquier Poche, 1995, 355 p.

[14§ 12

[15§16

[16dont parle le §12

[17au §9

[18voir §11 : est fixée la naissance dans la Terre Pure, donc ce qui va avec, ajouterions-nous, c’est-dire la non régression dont nous venons de parler – par effet donc de métonymie. Ce point est délicat.

[19"embrassé", dit §16

[20pour notre part, nous sommes impressionnés par le choix de Shinran de ne pas revenir à Kyôto lorsque la sentence de bannissement est levée : qu’est ce qui l’a amené à aller « s’enterrer » dans le Kantô de l’époque ?

[21§7

[22disponibles sur Internet en traduction anglaise

[23« beacon  » en anglais, pour le mot japonais 灯火 tôka, une torche qui montre le chemin 導く灯火 michibiku §3

[24voir l’utilisation de l’idéogramme 迷 dans le texte :

  • §5, avec Shinran Shônin qui chercher à sortir de l’illusion,
  • §10 où il s’agit de revenir pour sauver les égarés dans ce monde illusoire,
  • §15 où Sokunyô Shônin se dit confondu par le flot du monde.

迷い, mayoi en japonais, correspond à la maya (en sanscrit), à l’illusion, si nous ne nous trompons pas.

[25中心 chû shin en japonais, littéralement "centre"-"cœur" - §14.17

[26cf. §.18

[27cf. §21 ; 23 ; 3 qui utilisent le concept de transmission ; voir aussi §25

[28§10

[29en sanscrit), 迷い mayoi en japonais

[30Voir ce que nous en disons dans notre mémoire de maîtrise :

« Shinran cite deux fois le passage extrait du commentaire par Tanluan du discours de Vasubandhu :

“If there is anyone who does not awaken the aspiration for the highest Bodhi but, having heard of the endless pleasures to be enjoyed in that land, desires to be born there simply because of such pleasures, he will not attain birth”[ Inagaki] 若人不發無上菩提心。但聞彼國土受樂無間。爲樂故願生。亦當不得往生也。[T.83,2646,606c23-24. Même citation en T.83,2646 ;619a28] « Celui qui, sans avoir éveillé en lui l’aspiration à la Bodhi sans supérieure 無上菩提, mais qui, ayant entendu parlé des plaisirs sans fin dont on peut jouir dans cette terre, désire y naître uniquement pour ces plaisirs, celui-là n’y naîtra pas »[ Nous traduisons de l’anglais].

"


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 102 / 82599

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Quand le bouddhiste parle l’homme  Suivre la vie du site La Terre Pure du Bouddha Amida   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.0 + AHUNTSIC

Creative Commons License