Esperer-isshoni.info

NMR (nouveau mouvement religieux) - Shinnyoen, "le Jardin de l’Ainsité" - Une chronologie

dimanche 10 janvier 2016 par Phap

Table des matières

  1. La fondation : 1906-1953
  2. Le virage vers un mouvement pour laïcs : 1956-1989
  3. La succession : 1989-....


La fondation ( 1906-1953)

1906 (M.36) [1] Naissance d’Itô Shinjô 伊藤 真乗 (né Fumiaki 文明) dans une famille de paysans aisés de la préfecture de Yamanashi à Akitamura [2].
1906 (M.36) Sa famille se transmettait de père en fils un livre de divination [3]. Sa mère était adepte de Tenri kyô.
1927 (S.2) il fait ses classes au 5° régiment d’aviation.
1929 (S.4) Il travaille dans l’industrie aéronautique à Ishikawa (Tsuki shima)
1932 (S.7) Shinjô se marie avec une cousine, 内田友司 Uchida Tomoji (1912–1967 [M.45-S.42]). La tante et la grand-mère de Tomoji étaient des mediums 霊能者 reinô sha.
1932 (S.7) Un moine shingon, intéressé par les pratiques divinatoires de Shinjô, lui fait découvrir le bouddhisme ésotérique.
1933 Naissance d’une première fille, Eiko 映子
1935 (S.10) (28 décembre) Shinjô accueille dans sa maison la statue sacrée 尊像 sonzô de Fudô 不動, attribuée au sculpteur Unkei du 13e siècle [4]
1936 (S.11) (8 février) Itô Shinjô 伊藤真乗 et son épouse Tomo ji 友司 se consacrent entièrement à la religion. Shinjô démissionne de la société d’ingénièrie.
- Un peu avant, alors que le couple achevait une période d’ascèse, Tomoji avait été reconnue comme medium par sa tante. [5].
1936 (S.11) (19 mai) Shinjô reçoit les préceptes monastiques dans le monastère principal, Daigo ji 醍醐寺, de la branche du même nom dans l’école Shingon 真言宗 (école ésotérique fondée par Kukai) [6].
1936 (S.11) (mai) Au temple Sambô in 三宝院 (un des trois quartiers du complexe monastique du Daigo ji), Shinjô est initié par le moine Saeki Egen 佐伯恵眼 aux trois mystères ésotériques [7]
1936 (S.11) (9 juin) décès de leur premier fils, Chibun, dans sa deuxième année. Son esprit serait entré en relation avec sa mère le centième jour après sa mort.
1937 (S.12) naissance du second fils Yû Ichi 友一, qui mourra à 15 ans
1938 Création de l’association Tachikawa Fudô son kyôkai 立川不動尊教会, « l’Église d’Acala de Tachikawa » dans les locaux du 真澄寺 Shinchô ji nouvellement acquis à Tachikawa pour pouvoir accueillir les 200 disciples.
1939 (S.14) Engagement définitif comme moine de Shinjô, qui a reçu de l’abbé Saeki son nom de moine (Shinjô 真乗).
1940 Naissance de Atsuko 孜子, une deuxième fille.
1942 Naissance de Shinsô (son prénom d’origine étant Masako 砂子), troisième fille de Shinjô. Elle succèdera à son père.
1943 (S.18) (5 mars) Shinjô reçoit le titre d’Acarya 阿閣梨, indiquant sa maîtrise du shûgendô 修験道 [8].
1943 (S.18) Naissance de Shizuko 志づ子, la quatrième fille, qui recevra le nom bouddhiste de 真玲 Shinrei
1946 (S.21) (2 août) Parution du premier numéro du magazine 歓喜世界 Kangi sekai
1946 (4 novembre) Une membre de l’association devient medium après avoir visité la tombe du fils aîné de Shinjô [9].
1947 Trois enfants de Itô Shinjô deviennent des mediums : la sœur aînée de 13 ans, le frère de 10 ans et la sœur de 6 ans [10].
1948 (S.23) (23 janvier) Shinjô renomme Tachigawa Fudô son kyôkai 立川 不動尊教会 en Makoto kyôdan まこと教団, « l’organisation religieuse de la vérité ».
Il se sépare du Shingon en développant une pratique qui devait devenir le sesshin shûgyô 接心修行, « la connexion des esprits » [11]
1950 (S.25) Shinjô est arrêté et détenu en prison pendant 40 jours, suite à la plainte d’un ancien disciple qui se dit victime de violence de la part de l’association. Il s’ensuit un "lynchage médiatique" de l’association, semble-t-il.
1951 (S.26) (mai) Suite aux démêlés judiciaires, Shinjô laisse la direction du mouvement à son épouse qui devient 苑主 enshû.
L’association, abandonnant son ancien nom de Makoto kyôdan まこと教団, reçoit son nom définitif de Shinnyoen 真如苑, « jardin de l’Absolu » [12]
Shinjô reste cependant le responsable de la doctrine 教主 kyôshu.
1952 (S.27) Leur second fils, Yû Ichi 友一 meurt à l’âge de 15 ans. Il reçoit le nom bouddhiste posthume de 真導院 Shindô in, tandis que son frère décédé en 1936 reçoit le nom de 教導院 Kyôdô in. Shinnyoen les appelle « Leurs Seigneuries, les Deux Enfants » 両童子様 ryôdôji sama.
[Shinnyoen valorise positivement le décès des deux frères en considérant qu’ils sont désormais dans le monde des esprits, le monde spirituel, identifié au Royaume du Bouddha Sakyamuni [13] où ils jouent un rôle d’intermédiaires entre les mediums (et à travers les mediums, les personnes venues les consulter lors des sesshin) et le Bouddha Sakyamuni [14]
1953 (16 mai) Le Ministère de l’éducation reconnaît comme personne morale religieuse 宗教法人 l’association du Shinnyoen 真如苑 [15]
1954 (août) Les deux autres sœurs âgées de 12 et 11 ans deviennent des mediums [16]


Le virage vers un mouvement monastique pour laïcs : 1956-1989

1956 (S.31) Shinjô étudie le sutra du Mahaparinirvana 『大般涅槃経』 daihatsu nehan kyô dans la version du Grand véhicule (Mahayana) 大乗 daijô – date à vérifier -. Il réalise un modèle réduit du Bouddha en Parinirvana ("Extinction complète" en sanskrit).
En février de la même année, il commence ses prédications sur le sutra du Mahaparinirvana.
1957 (S.32) Shinjô commence l’image sacrée du Bouddha entrant dans la grande Extinction Nirvana nehan honzô 涅槃尊像de 6 shaku  [17] de haut.
Il renonce à afficher les signes extérieurs des moines (cheveux tondus, vêtements monastiques).
Avec l’aide des disciples, il finit la statue le 18 mars. Elle devient l’objet de vénération 本尊 honzon du dôjô du sesshin 接心道場.
Shinjô fera plus de cent statues, ce qui lui vaudra le surnom d’ « artiste bouddhiste de Shôwa » 昭和の仏師 Shôwa busshi.
1957 ou 1958 (S.32 ou S.33) (mai) Shinjô publie sa doctrine dans 一如の道 ichi nyo no michi, « le chemin de l’Un absolu » [18]
- S’appuyant sur le dogme du Mahaparinirvana Sutra qui affirme que tous les êtres sensibles sont dotés de la nature de Bouddha, Shinjô en déduit que les laïcs aussi bien que les moines peuvent devenir Bouddha. Shinjô propose un chemin de réalisation de la bouddhéité en "trois démarches" 三つの歩み mitsutsu ayumi qui permet de continuer à vivre dans le monde dans la famille, dans la société [19].
1958 (S.33) (1er juillet) Le sesshin dôjô 接心道場 reçoit les cendres des deux fils décédés
1964 Shinnyoen compte à cette époque 70 mediums officiels.
- Shinnyoen souligne la différence entre son activité de communication avec le monde spirituel et celle du shamanisme traditionnel : le medium Shinnyoen garde la maîtrise de lui-même pendant la transe, il se souvient de ce qui s’est passé et de ce qu’il a dit, il reste paisiblement assis pendant la transe. Par ailleurs, il ne souffre d’aucune séquelle liée au transfert de la souffrance - du mauvais karma - de ceux qui le consultent vers le monde spirituel, grâce aux deux frères dôji qui viennent se substituer au medium et aux personnes qui le consultent pendant le sesshin
1966 (S.41) (30 juillet) Shinjô reçoit des reliques du Bouddha Sakyamuni au monastère thai de Paknam Bhasicharoen
1966 (S.41) Shinjô reçoit le titre de Grand maître Daisô 大僧正 du Daigoji
1967 (S.42) (juin) Shinjô rencontre le pape Paul VI au Vatican dans le cadre de rencontres inter-religieuses宗教交流 kyôkai kôryû
1967 (S.42) (6 août) décès [20] de l’épouse de Shinjô, Tomoji 友司 à l’âge de 55 ans.
Shinnyoen désigne la défunte par 摂受心院様 shôju shin in sama
1971 Shinsô, troisième fille de Shinjô, devient Acarya.
1973 (ou 1971 ?) Inauguration落慶 rakkei d’un temple 精舎 shôja du Shinnyoen à Hawaï (USA). C’est le premier temple fondé à l’étranger.
1975 Shinnyoen compterait 240 000 adeptes
1983 (S.58) La troisième fille, Shinsô, reçoit son nom bouddhiste de moine (真聰 Shinsô) de son père qui la désigne comme son successeur [21]
1984 (S.59) Shinjô officie comme maître de cérémonie 導師 dôshi au Daigo ji pendant la célébration des 1 150 ans d’entrée en samadhi - de la mort à vue humaine - de Kûkai (Kôbôdaichi 弘法大師 de son nom honorifique), le fondateur du Shingon au Japon.
1987 Shinnyoen compte 244 mediums officiels [22].
1989 (début de l’ère Heisei) (19 juillet) décès [23] de Shinjô à l’âge de 83 ans. Sa troisième fille, Itô Shinsô, lui succède au temple Shinchô ji真澄寺.
Shinnyoen désigne le couple défunt formé par Shinjô et Tomoji par « Leurs Seigneuries, les Époux » 双親様 Sô oya sama


La succession : 1989-....

1992 Shinsô 真聰 reçoit du Daigo ji le titre de Grand maître daisôjô
1992 Shinsô 真聰 institue le rituel de la cérémonie du feu du Shinnyoen, le saishô goma 済摂護摩. Le rituel représente le feu de la sagesse 智慧 chie, que complète l’eau de la compassion 慈悲 jihi représenté par la cérémonie des lanternes flottantes. [24]
1995 (H.7) (17 janvier) grand tremblement de terre de Kôbe – Ôsaka - 阪神大震災 Hanshin daishinsai qui fait plus de 6 000 morts.
1997 (H.9) Itô Shinsô 伊藤真聰, grand maître du Shinnyoen 苑主, dirige le cérémonial dans le temple Daigo ji. C’est la première fois qu’une femme tient ce rôle dans le temple. Elle conduisait la cérémonie d’inauguration du pavillon en l’honneur du fondateur du Shinnyoen élevé dans l’enceinte du Daigo ji. Le bâtiment est appelé 真如三昧耶堂 Shinnyo sanma yadô.
1998 (H.10) (15 mai) Pour la première fois à l’étranger, le rite du feu de Shinnyoen 斉燈護摩 saishô goma est célébré à l’étranger, à Londres (Angleterre)
1999 Shinsô célèbre le rite des lanternes flottantes tôrô nagashi 灯籠流し à Hawaï. C’est une première à l’étranger.
Le rite reprend le rite bouddhiste de l’obon お盆, la fête de commémoration et d’offrande aux défunts et aux « esprits affamés ».
2002 (H.14) Shinsô rencontre le pape 教皇 kyôkô Jean Paul II à Rome.
2004 (19 novembre) Le rite du feu de Shinnyoen 斉燈護摩 saishô goma est célébré à Taïwan pour la première fois.
2006 (H.18) (25 mars) Fin de la construction du 応現院 Ôgen in inauguré pendant le centenaire de la naissance du fondateur du Shinnyoen, Itô Shinjô. Le terrain avait été acheté sur les villes de Tachigawa et Musashimurayama pour un montant important.
2006 (H.18) (mars) Shinsô célèbre la cérémonie du feu de Shinnyoen 済摂護摩 saishô goma à Berlin (Allemagne).
2008 (H.20) (25 mars) Shinnyoen acquiert une statue du Bouddha Vairocana assis 大日如来坐像 réalisée par Unkei 運慶 (environ 1150-1223) pour un montant de 14,3 millions de dollars lors d’une vente aux enchères chez Christie’s à New York (USA).
2008 (H.20) (25 octobre) Shinsô célèbre la cérémonie du feu près du Ground Zero à New York (USA) (ou en 2010 ?).
2009 (H.21) Shinsô 真聰 est invitée à diriger le cérémonial de commémoration des 1 100 ans de la mort du fondateur de la branche Daigo du Shingon, Shôbô, dans le temple Daigo ji.
2010 (H.22) (23 au 25 octobre Shinsô prononce un discours à la Conférence des femmes - Women’s Conference qui se tenait à Los Angeles (Long Beach) [25].
Auparavant, elle avait célébré la cérémonie du feu de Shinnyoen pour la première fois aux États-Unis (ou en 2008 ?) [26]
2011 (H.23) (11 mars) Grand tremblement de terre de l’est du Japon 東日本大震災 higashi nihon dai shinsai.
Le 21 mars, cérémonie de l’équinoxe de printemps 春季彼岸会 shunki higan e avec transfert des mérites 廻向法要 kaikô hôyô pour les victimes célébrée dans le temple principal Ogen in à Tachikawa (Tôkyô, Japon) [27]
2012 (4 mars) cérémonie du feu et cérémonie des lanternes flottantes au Kenya.
2013 (17 août) participation à une cérémonie de l’amitié bouddhiste mondiale au Sri Lanka.
2013 (21 septembre) Célébration bouddhiste de l’équinoxe d’automne 秋季彼岸会 shûki higan e dans l’église épiscopalienne de Saint-Bartholomé à New York, suivie le lendemain 22 septembre de la cérémonie des lanternes flottantes de Shinnyoen 灯籠流し tôrô nagashi à Central Park (NY, USA) [28]
2014 (14 septembre) Cérémonie du feu à Cuzco (Pérou)
2014 Cérémonie du feu à New York (USA)
2015 (18 avril) À Taïwan, cérémonie du feu (6 500 personnes selon Shinnyoen) suivi le lendemain 19 avril par la cérémonie des lanternes flottantes (14 000 personnes toujours selon Shinnyoen, avec plus de 9 000 lanternes mises à l’eau)
2015 (13 juin) Cérémonie des lanternes flottantes à Berlin (Allemagne)
2015 (16 août) Cérémonie des lanternes flottantes à Kawaguchi ko 河口湖 (Japon)
2015 (25 mai) Cérémonie des lanternes flottantes à Hawaï (tous les ans depuis 1999). Plus de 40 000 personnes y auraient participé, plus de 5 000 lanternes auraient été mises à l’eau. – Ce jour est le Memorial Day aux États Unis, il célèbre la mémoire des soldats américains morts au combat, toutes guerres confondues.
2015 (21 septembre) Lors de la journée internationale de la paix décidée par l’ONU, Shinnyo célèbre la cérémonie des lanternes flottantes à New York (USA) [29]

© esperer-isshoni.info, janvier 2016

[1Pour les indications de date dans le calendrier japonais, voir :
Calendrier japonais depuis l’ère Meiji - correspondance avec les années du calendrier occidental.
M.36 signifie : 36e année de l’ère Meiji.

[2actuellement la ville de Hokutoshi 山梨県北巨摩郡 秋田村(現在の北杜市

[3『甲陽流病筮鈔』 kôyôryû byôzeishô de Takeda Shingen, né en 1521

[4Fudô en japonais, Acala en sanskrit, en français « l’immuable, l’inamovible ». Il fait partie des cinq Rois de sagesse 明王 Myô ô du bouddhisme tantrique, il est la manifestation du Bouddha Vairocana sous la forme courroucée. Comme les autres rois de sagesse, il habite le royaume de la matrice 胎蔵界 taizōkai.

[5Shinjô prend sa décision après avoir communiqué avec le Bouddha à travers son épouse, entrée en transe à côté de la statue d’Acala.
Cf. article en anglais de Shiramizu Hiroko : « Organizational Mediums : A Case Study of SHinnyoen » dans la revue Japanese Journal of Religious Studies de septembre 1979

[6la branche Daigo a été fondée en 874 par Shôbô聖宝 (nom honorifique 理源大師 Rigen daishi, né en 832 et mort en 909

[7la puissance de transformation du Bouddha à travers le corps (mudra), la parole (dharani) et le mental (union - fusion mystique, yoga, avec les divinités)

[8修験道 : la voie des ascètes de montagne rattachée au Shingon

[9Cf. article précité de Shiramizu Hiroko : « Organizational Mediums ».

[10Cf. article précité de Shiramizu Hiroko : « Organizational Mediums ».

[11La pratique du sesshin - à ne pas confondre avec son homologue zen -, est basée sur les « capacités médiumniques » rendues possibles par la « nature de Bouddha ». Il s’agit de "polir" son cœur /mental 心を磨 afin de devenir soi-même miroir capable de refléter les personnes en quête de conseil et d’entrer en relation avec le Bouddha dans son royaume 仏界 bukkai qui est le monde spirituel, le monde des esprits 霊界 reikai. Le sesshin comporte un aspect formel usô 有相 (la demande de conseil) et un aspect informel musô 無相 (la mise en pratique du conseil dans la vie ordinaire).
Voir article de NAGAI Mikiko en anglais : « Magic and Self-Cultivation in a New Religion -The Case of Shinnyoen » dans la revue Japanese Journal of Religious Studies, 1995 22/3-4

[12L’idéogramme 如 nyo entre dans la composition de Nyorai 如来, qui traduit le sanskrit Tathagata, « l’ainsi-venu », « l’ainsi-allé ». Casey Ray Collins dans sa thèse « Mapping the Garden of Truth » de 2015 donne Tathata comme équivalent sanskrit du japonais shinnyo 真如, « thusness  » en anglais, « l’ainsité » en français ?
Pour Casey, en 苑 désigne « a bordeless garden », un « jardin sans limites »

[13Shinnyoen vénère principalement le Bouddha Sakyamuni, le Bouddha suprème du Shingon, le Bouddha Vairocana, apparaissant en second plan dans le Shinnyoen - cf. leur proportion respective dans l’objet de vénération 本尊
honzon du Shinnyoen

[14Les deux frères jouent le rôle d’intermédiaires dans le sens descendant, en transmettrant aux mediums les paroles du Bouddha Sakyamuni destinées aux personnes qui les consultent. Ils jouent aussi le rôle d’intermédiaires dans le sens montant, en recevant les souffrances, le "mauvais karma" (les influences négatives des vies antérieures) de ces personnes et en se substituant à elles pour les porter.

[15le statut de personne morale religieuse 宗教法人 permet de bénéficier d’avantages fiscaux, entre autres

[16Cf. article précité de Shiramizu Hiroko : « Organizational Mediums ».

[171 shaku = 30,3 cm

[18Cf. article précité de Shiramizu Hiroko : « Organizational Mediums ».

[19Les trois démarches sont :

  1. le secours お救け otasuke  : montrer le chemin du salut en transmettant la doctrine
  2. le service ご奉仕 gohôshi  : servir de manière désinteressée, comme volontaire, dans la société (par exemple, balayer la gare de Tachikawa gracieusement
  3. la joie お歓喜 o kangi : la joie de faire des dons, financiers par exemple

Ces trois démarches sont pratiquées par les bodhisattva selon Shinnyoen, elles dérivent des six paramita (en sanskrit) 六波羅蜜 roku haramitsu (en japonais), les six vertus cardinales classiques des bodhisattva dans le Grand Véhicule (Mayahana)

[20le mot utilisé est le terme bouddhiste senge 遷化, pour indiquer la mort d’un moine bouddhiste de haut rang

[21Wikipedia, article Shinnyoen en anglais

[22Nous supposons qu’ils reçoivent une formation dans l’université de Shinnyoen appelée Chiryû Gakuin 智流学院. Nous disposons de peu d’informations sur cette université.

[23senge 遷化

[24Pour plus de détails voir le site en anglais de Shinnyoen

[26Voir son discours en anglais sur le site de Shinnyoen

[27Vidéo en japonais sur le canal de Shinnyoen

[28Video sur Youtube ou sur le canal de Shinnyoen la bande annonce

[29Sauf erreur, ces lanternes flottantes ne comportaient pas de messages pour les défunts


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 163 / 82599

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Quand le Japonais parle l’homme  Suivre la vie du site Nouveaux mouvements religieux (NMR - 新宗教)   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.0 + AHUNTSIC

Creative Commons License