Esperer-isshoni.info

Année de la Miséricorde - Mois M - Un événement oublié

dimanche 10 janvier 2016 par Phap

Chronique de la Miséricorde mois par mois

M Un événement oublié ?
M+1 Une mère et son adolescente de fille
M+2 Miséricordieux comme le Père ?
M+3 Quand Jésus s’émeut de la misère des hommes
M+4 Entre miséricorde et justice divines, il faudrait choisir ?
M+5 La miséricorde aussi envers soi-même ?
M+6 Enseigner, une œuvre de miséricorde
M+7 Rien (pause estivale)
M+8 Miséricorde aussi pour les animaux ?
M+9 Rien (pèlerinage du Rosaire)
M+10 La fermeture annoncée de la Porte sainte

Nos papes nous surprennent :

  • en 1962, Jean XXIII a surpris en convoquant le concile de Vatican II pour l’aggiorrnamento de l’Église,
  • en 1986, Jean-Paul II a surpris en lançant la rencontre inter-religieuse d’Assise pour la paix et maintenant
  • en 2015, François a surpris en ouvrant une année sainte extraordinaire avec le Jubilé de la Miséricorde.

Personnellement, j’y perçois l’inspiration de l’Esprit Saint, cet Esprit de Dieu qui est comme le vent et dont on ne sait ni d’où il vient ni où il va.
Je vous propose de tendre nos voiles à cette inspiration divine en nous laissant convertir par la miséricorde au long de cette année sainte qui court du 8 décembre 2015 au 29 novembre 2016.

Oui, mais la miséricorde, c’est quoi ? une oeuvre (« faire miséricorde ») ? une attitude du coeur (« un coeur rempli de miséricorde ») ? Je dirais les deux, indissolublement.

Cela me rappelle un événement que j’avais oublié.

C’était dans le couvent de Londres le soir, vers 10 heures du soir. J’étais arrivé depuis un ou deux jours. Et voilà que la sonnerie de la porte d’entrée retentit. Je ne suis pas dans mon couvent, je ne connais pas les habitudes du couvent de Londres, je n’ai reçu aucune consigne, aussi je me dis que ce n’est pas mon affaire.
On sonne encore. Et encore. Le temps passe. Pas de frère pour ouvrir la porte. Alors je vais ouvrir.

Elle était là, avec une autre femme. Jeune, une vingtaine d’années. En tenue légère, sans doute parce qu’il faisait chaud (on était en été). Et elle me demande de prier pour elle, parce qu’elle est dans la drogue et qu’elle veut en sortir.
Elle dit cela simplement, sans fard. Des dents de devant lui manquent, rendant plus poignante sa demande.
La femme à côté d’elle, à peine plus âgée, en tenue toute aussi légère, ne dit rien.
Je lui réponds que je vais aller à Walsingham, un haut lieu marial en Angleterre, et que je prierai pour elle.

J’avais oublié cet épisode de ma vie de dominicain. Mais l’avais-je vraiment oublié ?
A bien y réfléchir, cette jeune femme, sa détresse mais aussi et surtout son désir de bonheur, je les porte en permanence dans mon cœur comme une blessure. Et je les garde précieusement.
Car finalement, n’est-ce pas pour cela que je suis entré dans la vie religieuse selon le mode dominicain – pour cette femme, pour ce monde, pour que je les présente au Seigneur et à sa miséricorde ?
.
« Mon Dieu, ma miséricorde, que vont devenir les pêcheurs ? » s’écriait saint Dominique à la nuit tombée.


(à suivre)


© esperer-isshoni.info, janvier 2016.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 116 / 88222

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Quand le chrétien parle l’homme  Suivre la vie du site Art de vivre chrétien   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.0 + AHUNTSIC

Creative Commons License