Esperer-isshoni.info

Taoïsme des rites : bref aperçu historique

dimanche 24 avril 2016 par Phap

Table des matières


Voir aussi Le taoïsme - Une chronologie



1§ Sur l’image, nous distinguons trois groupes de personnages :

  • sur la gauche un groupe de personnages avec bonnet, en habit de cour : ce sont des mandarins confucéens ;
  • au centre siège un personnage barbu avec des disciples au crâne rasé : on reconnaît des moines bouddhistes. Le personnage barbu est sans doute Bodhidharma plutôt que le bouddha Sakyamuni représenté glabre : Bodhidharma est réputé avoir introduit en Chine l’école Chan (dite Zen en japonais) vers le VIe siècle [1] ;
  • sur la droite, des personnages taoïstes, habillés simplement comme des gens ordinaires.

2§ L’image représente la rencontre des trois grandes traditions spirituelles chinoises qui ont infusé la culture chinoise, deux autochtones et une apparue en Occident (le bouddhisme est né en Inde).
Au cours de l’histoire, les trois doctrines se sont affrontées dans la mesure où elles ont rivalisé dans la lutte d’influence auprès de l’Empereur. *

  • Le taoïsme a été proscrit par un empereur bouddhiste au VIe siècle ;
  • au IXe siècle, dans l’autre sens, un empereur Tang pro-taoïste a proscrit le bouddhisme de manière drastique [2] ;
  • au XIVe siècle, l’empereur mongol a fait brûler le canon taoïste]]

3§ Nous avons abordé le taoïsme des concepts avec ses paradoxes vertigineux, nous allons aborder maintenant un taoïsme plus préoccupé de rituels, de techniques de transformation personnelle à base :

  • de formules,
  • de méditations visuelles,
  • de gymnastique,
  • de diététique,
  • et éventuellement de pratiques sexuelles.


1. Les grandes écoles taoïstes des rituels

4§ Les deux grandes écoles taoïstes actuelles sont l’"Un correct" (ou l’Un orthodoxe) Zhengyi 正一道 apparue au IIe siècle et la "Perfection authentique" Quanzhen 全真道 apparue au XIIe siècle.

Le taoïsme des rites apparaît pour la première fois sous une forme institutionnelle avec Zhang Daoling 張道陵, le fondateur de l’Un correct et le premier "Maître céleste" 天師 tiān​ shī [3].

L’Un correct actuel résulte de la fusion du mouvement originel avec :

  • l’école de la Pureté supérieure Shangqing 上清 apparu au IVe siècle et
  • le Joyau merveilleux Lingbao 靈寶派 apparu au début du Ve siècle.

Les écoles piochent dans un même fond commun de pratiques mystiques, religieuses ; toutes se présentent comme des révélations : ainsi le premier Maître Céleste aurait reçu son savoir de Lao Zi qui se serait manifesté à lui et aurait conféré le titre de « Maître céleste ».

5§ Lao Zi lui donne des pouvoirs sur les esprits, sur les démons, ainsi que des recettes, des méthodes qui se matérialisent dans un livre.
Rappelons qu’en Chine, l’écriture a une valeur quasi sacrée, elle est une puissance de création, de suscitation, de transformation. L’écrit condense une force cosmique, un souffle dans une graphie : le fait de lire à voix haute, même sans comprendre, produit un effet.

  • Le livre est accompagné de diagrammes et de charmes. Le diagramme est un tracé ayant une puissance propre tandis que le charme est une formule « magique ». Le maître a reçu la révélation qu’il transmet dans une lignée.
  • Le livre contient les noms de divinités que l’initié pourra convoquer : la divinité devra venir car l’initié connaît son nom.

6§ L’appartenance à une école se traduit par l’inscription du nom « religieux » de l’adepte sur un registre et réciproquement l’adepte reçoit le registre des divinités de l’école.
L’adepte reçoit des pouvoirs, des puissances qu’il pourra convoquer pour des fins que nous verrons plus bas.

7§ Sur cette représentation, le premier Maître céleste Zhang Daoling est représenté dans la posture menaçante de l’exorciste, avec des yeux écarquillés.

8§ Le taoïste va exercer ses pouvoirs pour recevoir la prospérité dans cette vie, mais fondamentalement il cherche à atteindre l’immortalité.
Le taoïsme fait référence à des hommes qui ont réussi à devenir immortels par des pratiques taoïstes. Voyons l’un d’entre eux.


2. Un des Huit Immortels : Lu Dongbin

9§ Lu Dongbin 呂洞賓 est un exemple d’homme devenu immortel en pratiquant le taoïsme. Il fait partie du groupe des Huit Immortels 八仙 Bā​xiān​.

Sur l’image, il flotte sur des nuages, il a vaincu les forces qui collent à la terre, il peut aller partout et il ne peut être atteint par rien [4].

10§ Historiquement, ce personne ne semble pas avoir existé. On raconte qu’il était un étudiant désireux de réussir le concours de mandarin. Il part pour la capitale passer les concours. Sur le chemin, il s’arrête dans une auberge mais malheureusement l’aubergiste ne peut lui offrir qu’une bouillie de millet jaune. Pendant que le plat mitonne, Lu Dongbin, fatigué, s’endort.

11§ Réveillé par l’aubergiste qui pose devant lui la bouillie, il la mange puis il repart vers le lieu d’examen. Il réussit brillamment le concours, puis connaît une ascension fulgurante. Malheureusement, un rival ourdit un complot contre lui, aidé en cela par la femme même de Lu Dong Bin. Le complot réussit, Lu Dong Bin est arrêté et condamné à mort.
Alors que la nuit tombe et qu’il va être exécuté, il se remémore sa vie passée, ses efforts pour atteindre la renommée et la vanité de tout cela quand vient la mort.

12§ Puis il s’endort. Il est réveillé par le plat de millet jaune que l’aubergiste pose sur la table.

13§ Tout ce qu’il avait vécu était donc en rêve. Ayant compris la vanité de la course aux postes de pouvoir, il ne se rendra pas au centre d’examen, il cessera d’étudier les Classiques de Confucius et deviendra le disciple de l’aubergiste qui était en fait un maître taoïste qui lui enseignera comment devenir immortel.


© esperer-isshoni.info, avril 2016

[1Du point de vue de la science historique, le Chan semble être une école purement chinoise, sans antécédent indien

[2Pour mémoire, l’édit de proscription visait toutes les doctrines étrangères, le bouddhisme venu d’Inde mais aussi le nestorianisme chrétien et le zoroastrisme perse, ces deux derniers disparaissant de l’empire chinois suite à la persécution

[3le 64è Maître céleste, Zhang Yuan 天師-張源, vit actuellement à Taïwan.

[4L’immortel dispose d’un corps éthéré échappant à la pesanteur, capable d’aller dans des contrées paradisiaques où poussent des arbres aux fruits donnant l’immortalité.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 125 / 82386

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Quand l’Asie sinisée parle l’homme  Suivre la vie du site Le taoïsme   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.0 + AHUNTSIC

Creative Commons License