Esperer-isshoni.info

Le Seigneur fit pour moi des merveilles - Épisode 2 : la merveille que je suis

mercredi 8 février 2017 par Phap

Le Seigneur fit pour moi des merveilles : les épisodes


Épisode 2 : la merveille que je suis

1§. Je vous propose de continuer notre cheminement sur le thème : «  Le Seigneur fit pour moi des merveilles  » .
Nous pouvons exulter avec le psalmiste :

« Je te rends grâce pour la merveille que je suis » [1].


2§. N’est-il pas merveilleux d’habiter ce monde, de pouvoir y créer du sens ?

  • Quelle merveille que ce corps de chair qui peut communier à la beauté et la bonté de l’univers : pouvoir toucher, goûter, sentir, entendre, voir !
  • Quelle merveille que ces dons - artistiques, scientifiques, littéraires - qui nous permettent d’exprimer la beauté et la bonté qui sont dans la création.
  • Quelle merveille que de tisser des communautés de vie - couples, familles, sociétés, villes, pays, organismes internationaux - où l’on s’estime, l’on s’entraide, l’on travaille ensemble avec des différences que l’art politique transforme en atouts.

3§. Je crois que les enfants vivent à fond cette capacité à s’émerveiller. Cela est plus compliqué pour nous qui avons goûté à la brutalité de la nature, à l’amertume de la maladie, de la vieillesse et de la mort, et pire encore, à la méchanceté et à la duplicité humaines, celle des autres mais peut-être aussi la nôtre.

4§. Alors nous pouvons éprouver une autre merveille, celle de voir la vie rebondir, l’homme se relever. Merveille de notre capacité mutuelle au pardon : savoir demander pardon, savoir le donner, savoir le recevoir.


5§. Pour moi, l’émerveillement atteint son sommet quand notre cœur se tourne vers le ciel pour rendre grâce à Dieu, lui qui est l’origine de tout bien et de toute bonté.

Alors la merveille se redouble de se savoir capable d’aimer ce Dieu là et, dans l’autre sens, de se savoir aimé de lui, personnellement et communautairement : Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils, afin que nous puissions vraiment répondre à son amour.

6§. Quoi, cette vie-ci nous donne seulement un avant-goût de la vie éternelle dans le Royaume de Dieu ? Quelle merveille !


7§. Et notre cœur peut alors chanter Magnificat avec Marie.

« Mon âme exalte le Seigneur
Exulte mon esprit en Dieu mon sauveur.
Il s’est penché sur son humble servante,
Désormais tous les âges me diront bienheureuse … ».


© fr. Franck Guyen op, février 2017.

[1ps. 139


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 36 / 88144

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Quand le chrétien parle l’homme  Suivre la vie du site Art de vivre chrétien   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.0 + AHUNTSIC

Creative Commons License