Esperer-isshoni.info

Le Seigneur fit pour moi des merveilles - Épisode 5 : La merveille trinitaire

lundi 26 juin 2017 par Phap

Le Seigneur fit pour moi des merveilles : les épisodes


La foi en Jésus Christ abrite un trésor merveilleux, je veux parler du mystère de la Trinité.

Essayons de goûter cette merveille avec le cœur et pas seulement avec l’intelligence, car « ce n’est pas de savoir beaucoup qui rassasie l’âme, mais de goûter et de sentir intérieurement les choses  » [1]. De fait, l’intelligence reste à l’extérieur des choses, en position d’observatrice, aussi est-il bon de la compléter par la dimension du tact spirituel, du cœur.


Pour moi, nous pouvons goûter le mystère trinitaire dans le signe de la croix.

Mes frères et sœurs, vous n’avez qu’un corps qui n’est qu’à vous et à personne d’autre - sauf à peut-être à la personne avec qui vous partagez votre vie - , un corps par lequel le monde entre en relation avec vous, un corps qui peut souffrir et qui peut jubiler, et vous avec lui.
Eh bien ! en imprimant sur votre corps si précieux le signe de la croix, vous le faites participer symboliquement à ce qui est arrivé à Jésus : sa mort pour nous libérer du péché et sa résurrection pour nous faire entrer dans la vie éternelle.
Oui, l’Église sait ce qu’elle fait quand elle remet solennellement le signe de la croix aux catéchumènes.

En méditant ce geste, nous pouvons y voir le déploiement du salut trinitaire :

  • Le geste de la barre verticale de la croix accompagné de l’invocation : « Au nom du Père et du Fils  » dessine sur notre corps le mouvement vertical d’envoi sur terre du Fils par le Père. « Qui enverrai-je ? » dit le Père. Alors le Fils qui aime le Père s’avance et dit : « Envoie-moi, je ferai ta volonté ».
  • La barre horizontale de la croix avec la suite de l’invocation trinitaire : « ... et du Saint Esprit  » dessine l’envoi de l’Esprit aux extrémités de la terre. Ce mouvement horizontal se fait dans le prolongement du mouvement vertical de remontée du Christ qui se relève d’entre les morts et qui entraîne la création dans son passage vers le Père.

La croix, finalement, ce serait comme une blessure dans notre cœur par laquelle la vie trinitaire s’écoule en nous : merveille que cette œuvre par laquelle le Dieu trinitaire vient sauver sa création.
Et au final du final, à la fin des fins, la merveille de la merveille, n’est-ce pas la vie trinitaire elle-même ?
Oui, réjouissons-nous que notre Dieu soit un Dieu en trois Personnes, un Dieu qui communie, qui échange, qui aime, et ce avant même qu’il y ait eu un ciel et une terre.

Béni soit Dieu maintenant et toujours. Amen.


© fr. Franck Guyen op, juin 2017

[1Ignace de Loyola, le fondateur de la Compagnie de Jésus (les jésuites)


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 13 / 80635

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Quand le chrétien parle l’homme  Suivre la vie du site Art de vivre chrétien   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.0 + AHUNTSIC

Creative Commons License