Esperer-isshoni.info

Le moine bouddhiste japonais Nichiren 日蓮 (1222-1282) - Une chronologie

mercredi 29 janvier 2014 par Phap

Les précédents

406 le Sutra du Lotus 『妙法蓮華経』 a été traduit par Kumarajiva 鳩摩羅什 à partir du Saddharma-pundarika-sutra écrit en sanskrit , en 8 volumes et 28 chapitres
538-597 Zhiyi 智顗 [1] fonde le Tiantai (chin.) Tendai (jap.) 天台 en Chine. Il se base sur le Sûtra du Lotus . Zhiyi assignera au Sûtra du Lotus 妙法蓮花經 une place unique dans sa classification des écrits bouddhistes
804 départ pour la Chine de Saichô 最澄 (767-822) - nom posthume : Dengyô daishi 伝教大師 - . Il se forme pendant 9 mois sur le mont Tiantai en Chine. A la fin de son séjour, il reçoit aussi un enseignement ésotérique en dehors du Tiantai.
806 fondation à Kyôto du Tendai 天台 par Saichô à son retour de Chine, avec l’appui de l’Empereur Kammu. Le Tendai donnera naissance aux écoles Jôdo et Nichiren pendant l’époque de Kamakura.
816 brouille entre Saichô et Kûkai
818 Saichô demande la permission à la cour d’utiliser pour l’ordination des moines les préceptes mahayanistes des bodhisattva plutôt que ceux du bouddhisme du sud utilisés par les écoles de Nara
822 7 jours après la mort de Saichô, la cour donne son accord pour l’édification d’une plate-forme d’ordination sur le Hiei zan 比叡山. Le nom d’Enryakuji 延暦寺 est donné au temple central.
839 Ennin 圓仁 ou 円仁 (794-864) – nom posthume Jikaku Daishi 慈覺大師 - du Tendai part étudier en Chine pendant 9 ans. A son retour, il fait profiter le Tendai de sa maîtrise du bouddhisme ésotérique.
853 Enchin 円珍 (814-891) du Tendai marche sur les pas d’Ennin en partant en Chine. Il revient en 858
993 séparation entre l’école d’Enchin et l’école d’Ennin. L’école d’Enchin s’installe au Onjô ji 園城寺 (actuel Mii dera 三井寺)
11e s. apparition des moines soldats au Hiei zan de Kyôto, pour protéger les intérêts politiques et financiers du Hiei zan.
1185 – 1333 ère Kamakura 鎌倉時代.
.
Yoritomo du clan Minamoto instaure le 幕府 bakufu, un régime où la caste militaire buke détient le pouvoir effectif, la cour impériale kuge n’ayant plus qu’un rôle secondaire. Il installe son gouvernement à Kamakura, dans le Kantô, à distance de de la capitale impériale Kyôto.
1192 Yoritomo du clan Minamoto devient le premier shôgun (titre exact : sei I tai shôgun). Il meurt en 1199. Le pouvoir est alors exercé par les Hôjô, les shôgun successifs devenant leur paravent.
1205 Les Hôjô 北条 deviennent les régents 執権1 shikken héréditaires des shôgun
1212 Hônen 法然 (nom posthume de Genkû 源空, né en 1133) meurt à Ôtani (Kyôto). Son ouvrage Senshaku shu est publié.
1221 (6 juin – 6 juillet) conflit pendant l’ère Shôkyû entre Kamakura et Kyôto. : Juntoku doit abdiquer sous la pression de son père, Go Toba 後鳥羽天皇 (1180-1239). Il y a alors trois empereurs retirés, Juntoku (84e empereur ; règne depuis 1211), GoToba et Tsuchimikado.

L’empereur retiré Go Toba déclare hors-la-loi le régent Hôjô Yôshitoki 義時 par décret impérial le 6 juin 1221. C’est le début de l’affaire de Jôkyû 承久の乱 . Défaite de l’empereur Go Toba contre le clan Hôjo.

Le bébé empereur est détrôné (il sera inclus dans la liste des empereurs au 85e rang sous le nom de Chûkyô 仲恭天皇 pendant l’ère Meiji, en 1870.

Go-Horikawa 後堀河天皇 , fils du frère aîné de Go Toba, devient le 86e empereur.

Les 3 ex empereurs retirés mourront en exil, Go Toba à Oki 隠岐 , Juntoku à Sado et Tsuchimikado 土御門 (83e empereur) à Awa (exil volontaire). Le Bakufu 幕府 supprime le système caméral


Nichiren 日蓮 (1222-1282)

1222 (16 février) naissance dans un milieu modeste à Kominato 小湊, Nagase District, province d’Awa 安房郡 (actuellement préfecture de Chiba 千葉県). Son prénom est Zen nichi marô 善日麿. Nichiren dira de lui-même qu’il est d’humble origine 賎民 sen min son père étant pécheur 漁師 ryôshi. : Son père s’appelle Nukina Jiro Shigetada († 1258), également connu sous le nom de Mikuni no Tayu Shigetada, sa mère, quant à elle, s’appelait Umegiku-nyo († 1267).
1233 (mai) entrée sous le nom de Yaku-o-maro au temple Tendai 天台宗 de Seichôji 清澄寺. Le supérieur du monastère s’appelle Dozen Bô.
1237 (8 octobre) il entre dans les ordres 出家 sous le nom de 「是生房蓮長」 Zeshō-bō Renchō .
1239 départ pour Kamakura
1242 il étudie le Tendai au mont Hiei 比叡山 au En ryaku ji 延暦寺
1245 il réside au 横川定光院 Yogawa sadamitsu du Mont Hiei
1246 il étudie au Miidera 三井寺
1248 il étudie au Yakushiji, au Koya san (shingon), au Ninnaji 薬師寺、高野山、仁和寺
1250 il étudie au Tenno ji et au Tôji 天王寺、東寺
1253 retour au 清澄寺 Seichôji où il était entré en 1233
1253 (28 avril ) face au soleil levant, au sommet du mont Kiyomizu-dera, il entonne le daimoku 題目 namu myô hô ren ge kyô 「南無妙法蓮華経」.

à midi, il prêche pour la première fois dans le temple Chibutsu 持仏堂 du Kyomisu ji sur le sutra du Lotus comme ultime moyen de salut.

Le seigneur local 地頭 jitô, du nom de 景信東条 Kagenobu Tôjô adepte de la secte du Nembutsu 念仏信仰者, s’en offusque.

A la même époque, il change son nom en 日蓮.

1254 Nichiren quitte le Seichôji pour Kamakura 鎌倉, à Matsubagayatsu, où il commence son œuvre de prédication
1257 (23 août) Il fait l’expérience personnellement du grand tremblement de terre 大地震 ôjishin de Kamakura.

Nikkō (日興 1246–1333) devient son disciple

1258 (1 août) Un typhon 台風 taifû ravage Kamakura
1259 Une famine 飢饉 kikin survient, suivie d’une épidémie 疫病 eki byô

Au temple de jissôji 実相寺 , il lit et médite le canon entier des écritures bouddhistes pour trouver comment sauver les humains de l’enfer 地獄 jigoku sur terre. Il trouve la réponse : le salut se trouve dans le Sutra du Lotus, et en lui seul. Il faut rejeter tous les autres écrits et instaurer le Sutra du Lotus sur tout le pays : on réalisera alors la Terre Pure ici et maintenant dans ce pays.

1260 ( 16 juillet) Nichiren envoie une pétition au régent du 幕府 bakufu (« shogunat » en français) des 北条Hôjô 時頼 Tokiyori, d’obédience Zen qui a fondé le temple sai myô ji 最明寺. Tokiyori, régent de de 1246 à 1256, exercera son pouvoir comme régent retiré jusqu’en 1264 (ou 1263 ?). La pétition de Nichiren est intitulée 立正安国論 risshô ankoku ron « mémoire pour l’établissement de la Loi correcte et la paix dans le pays ». Il prédit une invasion étrangère qui surviendra en 1274. Nichiren s’attaque en particulier à Hônen et sa doctrine qu’il traite de Loi hérétique 邪法 ja hô
 [2]
1260 (27 août au soir) Quarante jours plus tard, son ermitage 草庵 sô an est incendié par une centaine de partisans 信者 shinja du nembutsu 念仏. C’est la « persécution 法難 hô nan de Matsuba ga yatsu”「松葉ヶ谷法難」
1261 (mai) Nichiren continue à critiquer les autres sectes dans son prosélytisme 伝道 dentô. Le bakufu, saisi par les tenants du Nenbutsu, l’envoie en exil 流罪ruzai à 伊東Itô d’Izu 伊豆 (persécution d’Izu (伊豆法難) [3]
1263 Le régent Toki yori meurt au sai myô ji 最明寺 qu’il a fondé.
1263 (22 février) Nichiren est grâcié et revient à Kamakura
1264 (août) Nichiren visite sa mère dans son village natal.
1264 (11 novembre) « persécution de Komatsubara » 「小松原法難」dans la province d’Awa 安房(actuellement préfecture de Chiba) : le seigneur local 地頭 jitô 景信東条 Kagenobu Tôjô, le blesse au front et au bras gauche.
1268 L’empire 帝国 tei koku mongol 蒙古 môko fait parvenir une lettre demandant tribut au Japon qui se sent traité en vassal 臣従 shin jû. Nichiren prédit l’invasion 侵略 shin ryaku mongole comme imminente. Le régent Tokimune 時宗 (régent de 1268 à sa mort en 1284) renvoie les émissaires sans leur répondre.
1271 Ryôkan 良観 du 極楽寺gokurakuji signe conjointement avec Nen Amida Butsu 念阿弥陀仏 une pétition au bakufu contre Nichiren.
1271 (10 septembre) Nichiren présente sa seconde remontrance à l’intendant 執事 shitsu ji Taira no Yoritsuna 平頼綱, appelé aussi Hei no Saemon平左衛門 . Nichiren rappelle le danger d’une invasion étrangère, déjà signalé dans son risshô ankoku ron.
1271 (12 septembre) Nichiren est arrêté pour avoir critiqué le bakufu et les autres sectes. Taira no Yoritsuna fait encercler l’ermitage de Nichiren à Matsu bagayatsu. Nichiren est condamné pour la seconde fois à l’exil, à Sado 佐渡. Les disciples sont opprimés.
1271 (12 septembre dans la nuit) Hei no Saemon aurait prononcé une sentence de mort contre Nichiren. Alors qu’ils passaient près du temple de Tsurugaoka dédié à la divinité Hachiman, Nichiren aurait interpeller au Bodhisattva Hachiman qui ne protégerait pas un disciple du Sūtra du Lotus contrairement à sa promesse.

Nichiren échappe à l’exécution 処刑 shokei à 龍ノ口 Tatsu no kuchi, par miracle semble-t-il. Hosshaku kenpon (発迹顕本) : Nichiren serait sorti de cette épreuve en étant convaincu d’être la manifestation du Bouddha originel ou du bodhisattva “Pratiques supérieures” 上行菩薩 Jōgyō Bosatsu mentionné dans le Sutra du Lotus

1271 (10 octobre) départ en exil pour Sado. L’épisode est connu sous le nom de 「竜ノ口法難」 « Tatsu no kuchi hônan », la « persécution de Tatsunokuchi ».
1271 Durant ses 3 années d’exil à Sado 佐渡 où il souffre du froid, Nichiren écrit des ouvrages décisifs dans sa pensée.
1272 (février) Nichiren compose entre autres 『開目抄』 kai moku shô « Traité pour ouvrir les yeux » en février 1272 : il y fait le serment d’être le pilier 柱 hashira, la prunelle 眼目 gan moku, et le grand navire 大船 taisen pour le Japon.
1273 (25 avril) Nichiren compose 『観心本尊抄』 Kanjin no Honzon Shō “Traité de l’examen du mental avec l’objet de dévotion fondamental 本尊 honzon”.
1273 (8 juillet) Nichiren dessine pour la première fois le mandala 曼荼羅 du Lotus de la Loi 法華. Ce mandala est une représentation visuelle, en caractères chinois, de la Cérémonie dans les Airs décrite dans le Sūtra du Lotus [4]. Pour Nichiren, le Gohonzon incarne la loi éternelle et intrinsèque de Nam(u) Myōhō Renge Kyō 南無妙法蓮華経, qu’il identifie à la loi suprême qui imprègne la vie et l’univers.
1274 (mars) Nichiren est grâcié 赦免 shamen et revient à Kamakura.

Nichiren, pour la troisième fois, adresse sa remontrance au Bakufu à Kamakura pour qu’il établisse le 法華経 hokekyô. Il aurait prédit l’attaque mongole pour cette année même. Il refuse de coopérer avec Taira no Yoritsuna pour établir un temple et prier contre l’invasion.

1274 (12 mai) Nichiren quitte définitivement Kamakura pour « entrer dans la montagne » (partir en ermitage) à Minobu 身延 et mener une vie retirée 隠棲 insei.
1274 (17 mai) le seigneur Hakii – Sanenaga Nanbu 南部 実長 (?)– offre à Nichiren un carré de 52 km x 52 km. Nichiren fonde le monastère central de 久遠Ku on grâce à la donation du seigneur de Minobu, 波木井実長 Hagiri Rokuro (?) du clan de Seiwa Minamoto 清和源氏.
1274 (novembre) première invasion mongole avec débarquement à Hakozaki (province de Chikuzen) 5 mois après que Nichiren l’ait prédite
1275 (10 juin) Il écrit Senji Shō en 1275 (撰時抄 : "Choisir le moment") : le temps est venu de propager le Sūtra du Lotus, la libération des souffrances est obtenue par la pratique du mantra Nam(u) Myōhō Renge Kyō 南無妙法蓮華経.
1276 (juillet) Nichiren écrit Hōon Shō (報恩抄 : "rembourser ses dettes") après la mort de son maître Dozen-bo [5]. Nichiren y décrit pour la première fois les Trois grands Dharmas cachés : le Gohonzon (l’objet de vénération), le Daimoku (le mantra) et le Kaidan (la plateforme nationale d’ordination souhaitée par Nichiren).
1279 (février) Persécution d’Atsuhara contre des disciples de Nichiren (?) : 20 fermiers arrêtés, 3 décapités)
1279 (12 octobre) Selon certaines écoles (Nichiren shôshû 日蓮正宗), Nichiren aurait composé le Dai go honzon. Pour l’école Nichiren shôshû, Nichiren et le Daimoku sont les deux faces d’une même pièce comme le montrerai le dai go honzon : ninpô ikka 人法一箇« unité de la personne et de la Loi ».
1281 seconde invasion mongole, du 23 juin au 14 août, date d’une terrible tempête qui met en déroute la flotte Yuan.
1282 (8 septembre) Malade, Nichiren part pour les sources thermales 湯治 tôji à Hitachi 常陸国
1282 (19 septembre) Nichiren s’arrête en route à la résidence d’un disciple laïc, 池上宗仲邸 Ikegami Munenaka, là où se dresse actuellement 本行寺hongyôji (?) - ou le temple Hon mon ji de Tôkyô (?)
1282 (8 octobre) cinq jours avant sa mort, d’après l’école de Nichiren Shôsh^ù, Nichiren aurait désigné Nikkō, comme son successeur légitime
1282 享年 kyô nen avant de mourir, Nichiren désigne ses successeurs 後継者 kôkeisha, 日昭 Nisshô、日朗 Nichirô、日興 Nikkô、日向 Nikô、日頂 Nichô、日持Nichiji qu’on désigne comme les “6 moines aînés” 六老僧 roku sô sô.
1282 Nichiren meurt (sur l’emplacement du futur Ikegami Honmon ji ?)

La suite

1289 Nikkô quitte le kuon ji pour Fujinomiya où il fonde Taiseki ji 大石寺 en octobre 1290
1293 (29 mai) Exécution de 平頼綱 Taira No Yoritsuna qui a été accusé de convoiter la place de régent.
1316 Takatoki devient régent. Il sera le dernier régent Hôjô.
1331 le bakufu réprime une conspiration de l’empereur Go Daigo qui est envoyé en exil sur l’île d’Oki tandis qu’un nouvel empereur, Kôgon, est nommé.
1333 (5 juillet) Kamakura tombe aux mains des partisans de l’empereur Go Daigo. Le régent Takatoki, encerclé, se suicide.
1334 – 1336 restauration de l’ère Kemmu
1337-1392 guerre des dynasties, entre l’empereur Kômyô soutenu par Ashikaga Takauji et l’empereur Go Daigo (cour du Sud Daikaku ji, mort en 1339). Ce dernier aurait gardé les regalia authentiques.
1354 mort de Kitabatake Chikafusa, partisan de la Cour du Sud.
1358 Le Tennô 後光厳天皇 décerne à Nichiren le titre de 日蓮大菩薩 Nichiren Dai bosatsu
1469 la moitié de la ville de Kyôto adhère aux écoles de Nichiren
1532-1536 rébellion de partisans du Lotus 天文法華の乱 tenmon hokke écrasée par les moines soldats du mont Hiei en 1536
1571 Le seigneur de la guerre Oda Nobunaga détruit l’Enryakuji, maison mère du Tendai, sur le mont Hiei et persécute les écoles de Nichiren.
1595 Nichiô 日奥 (1565-1630) fonde l’école du “ni recevoir ni donner [sous-entendu des non-nichirenistes]” Fuju fuse ha 不受不施派 . L’école refuse les dons gouvernementaux, ce qui déclenche sa persécution.
1691 L’école du Fuju fuse doit passer dans la clandestinité. Elle réapparaîtra sur la place publique en 1876
1922 Le Tennô Taishô 大正天皇 décerne à Nichiren le titre de 立正大師 risshô daishi
1925 fondation du Nouveau mouvement religieux (NMR) Reiyûkai 霊友会
1930 fondation du NMR Sôka gakkai 日創価学会
1938 fondation du NMR 立正佼成会 Risshô kô seikai issu du Reiyûkai

© esperer-isshoni.fr, décembre 2013

[1Lignée des patriarches : Nagarjuna 龍樹, Huiwen 慧文( ?), Huisi 慧思 (515-577 ?),Zhiyi 智顗(538-597, fondateur officiel, 1° patriarche en ce sens) Guanding 灌頂 (561-632), Zhiwei 智威 (?-680), Huiwei 慧威, Xuanlang 玄朗 (5° patriarche,673-754), Zhanran 湛然(6° patriarche, 711-782)

[2Plus tard, il dira dans ses quatre aphorismes 四筒格言 shika no kaku gen : « Le 真言 shingon, la ruine du pays, le 禅 zen, le démon, 念仏 nenbutsu l’enfer sans fin, 律ritsu le traître envers son pays ». 真言亡国 shingon bôkoku、禅天魔 zen ten ma、念仏無間 nenbutsu mu gen、律国賊 ritsu koku zoku

[3Il aurait été abandonné sur un rocher en pleine mer, et un pécheur, Funamori Yasaburo, l’aurait alors sauvé de la marée montante. Itō Hachiro Zaemon l’intendant d’Itô, est guéri miraculeusement et devient un disciple de Nichiren.

[4Ci-dessous la description qu’en fait Nichiren dans son 『観心本尊抄』 Kanjin no Honzon Shō “Traité de l’examen du mental avec l’objet de dévotion fondamental” :

其本尊爲體b16 : 本師娑婆上寶塔居空。 Le véritable objet de vénération est décrit dans la cérémonie de transfert de la manière suivante : suspendue dans les airs, au dessus du monde saha apparaît la Tour aux Trésors ;
塔中妙法蓮華經 Myôhô Renge Kyô se trouve au centre de cette Tour,
左b17 : 右。釋迦牟尼佛。多寶佛。 avec les bouddhas Shakyamuni et Tahô assis à droite et à gauche,
釋尊脇士上行等四b18 菩薩。 et à leur côté les Quatre Bodhisattvas sortis de la Terre, conduits par Jôgyô. 上行
文殊彌勒等四菩薩眷屬居末座。 Autour d’eux se trouvent Monju 文殊 [assis sur un lion] , Miroku 彌勒 [Maitreya] et les autres disciples des quatre bodhisattvas.
迹化b19 : 他方大小諸菩薩。萬民處大地如見雲閣b20 : 月卿。 Tous les autres bodhisattvas, qu’ils soient disciples du bouddha de l’enseignement théorique ou de bouddhas venus des autres mondes, sont assis plus bas, comme un peuple à genoux en présence de nobles et de ministres de haut rang.
十方諸佛處大地上。表迹佛迹土故 b21 : 也。 Les bouddhas venus des dix directions de l’univers restent tous au sol, indication qu’ils sont seulement des manifestations du bouddha éternel et que leurs terres sont temporaires, et non éternelles et immuables.

.

[5Cet écrit fait partie des “Cinq écrits majeurs” de Nichiren avec ceux cités précédemment.


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 264 / 82599

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Quand le bouddhiste parle l’homme  Suivre la vie du site Le Sutra du Lotus   ?

Site réalisé avec SPIP 3.1.0 + AHUNTSIC

Creative Commons License