Franck GUYEN

Catherine de Sienne (1347-1380), tertiaire de l’Ordre des prêcheurs - Ni ange ni démon (Italien - Français)

vendredi 14 décembre 2018 par Phap

L’extrait suivant du chapitre 66 dans le Dialogue de Catherine de Sienne contient me semble-t-il une règle fondamentale pour qui veut vivre selon l’Esprit de Dieu sans se laisser tromper par de fausses lumières ou de fausses ténèbres.


italien [1]

français [2]

E però, se ben ti ricorda, « Si tu te souviens bien,
quando il dimonio ti voleva aterrare per confusione, volendoti mostrare che la vita tua fusse stata inganno e non averre seguitata né facta la volontà mia quand le démon voulait t‘abattre pour te confondre, voulant te montrer que ta vie avait été un mensonge, que tu n’avais ni suivi ni fait ma volonté,
tu allora facesti quel che tu dovevi fare e che la mia bontà ti die’ di potere fare (la quale bontà non è nascosa a chi la vuole ricevere), cioé che t’innalzasti nella misericordia mia con umilità, dicendo : alors tu as fait ce que tu devais faire et que ma bonté te donna de pouvoir faire - ma bonté n’est pas cachée pour qui veut la recevoir - tu t’es levée dans ma miséricorde avec humilité en disant :
Io confesso la mio Creatore che la vita mia non è passata altro che in tenebre ; ma io mi nascondarò nelle piaghe di Cristo crocifixo e bagnarommi nel sangue suo ; e cosi avarò consumate le iniquita mie e godarommi, per desiderio, nel mio Creatore. « Je confesse à mon Créateur que ma vie ne s’est passée que dans les ténèbres, mais je me cacherai dans les plaies du Christ crucifié, je me baignerai dans son sang, ainsi j’aurai consumé mes iniquités, et je jouirai par désir dans mon Créateur. »
Sai che alora el dimonio fuggi. Tu sais qu’alors le démon s’enfuit.
E tornando poi con l’altra, cioè di volerti levare in alto per superbia, dicendo : Et revenant ensuite avec l’autre tentation, celle de vouloir t’élever en orgueil en disant :
Tu se’ perfecta e piacevole a Dio ; non bisogna piu che t’affliga né che pianga e’ difecti tuoi ; « Tu es parfaite et tu plais à Dieu, il n’est plus nécessaire que tu t’affliges, ni que tu pleures tes fautes » ;
donandoti lo alora el lume, vedesti la via che ti conveniva fare, cioè d’umiliarti ; e rispondesti al dimonio, dicendo : Je te donnai alors la lumière sur la voie que tu devais prendre, c’est-à-dire t’humilier, et répondant au démon, tu as dit :
- Miserabile a me ! Giovanni Baptista non fece mai peccato e fu sanctificato nel ventre della madre, e non dimeno fece tanta penitenzia ! « Misérable que je suis ! Jean Baptiste ne fit jamais de péché, et il fut sanctifié dans le ventre de sa mère, et néanmoins il fit si grande pénitence ;
E io ho commessi cotanti difecti, e non cominciai mai a cognoscerlo con pianto et vera contrizione, vedendo chi è Dio che è offeso da me, e chi so’ io che l’offendo ! et moi qui ai commis tant de fautes et n’ai jamais commencé à le reconnaître avec pleurs et vraie contrition, voyant qui est Dieu offensé par moi et qui je suis, moi qui l’offense ! »
Allora el dimonio non potendo sostenere l’umilita della mente né la speranza della mia bonta, disse a te : Alors le démon ne pouvant souffrir l’humilité de l’esprit ni l’espérance en ma bonté t’a dit :
- Maladecta sia tu, ché modo non posso trovare con teco ! Se io ti pongo abasso per confusione, e tu ti levi in alto a la misericordia. E se io ti pongo in alto, e tu ti poni abasso, venendo ne l’inferno per umilita, e intro lo’nferno mi perseguiti. Si che io non tornarò piu a te, però che tu mi percuoti col bastone della carita.  » Maudite sois tu, je ne peux trouver de moyen avec toi ! Si je veux t’abaisser pour te confondre, tu t’élèves à la miséricorde, et si je te place en haut, tu t’abaisses, venant en enfer par humilité et dans l’enfer tu me poursuis. Je ne reviendrai plus vers toi, parce que tu me frappes avec le bâton de la charité. »
Debba dunque l’anima condire col cognoscimento della mia bonta el cognoscimento di sé, e il cognoscimento di me col cognosciento di sé. L’âme doit donc accomoder avec la connaissance de ma bonté la connaissance de soi, et la connaissance de soi avec la connaissance de moi.

[1Santa Caterina da Siena - Libro della divina dottrina volgarment detto Dialogo della divina Provvidenza - A cura di Matilde Fiorilli - Bari - Gius Laterza & Filgli - 1912 - chap. LXVI pp. 126 - 127.

[2Catherine de Sienne - Le Dialogue - Traduction de Lucienne Portier - Sagesses chrétiennes - CERF 1992 - pp. 112 - 113


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | Visiteurs : 29 / 143475

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Quand le chrétien parle l’homme  Suivre la vie du site Des grandes figures chrétiennes   ?

Site réalisé avec SPIP 3.2.3 + AHUNTSIC

Creative Commons License